Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Aplasies utérovaginales - 27/12/19

[123-A-10]  - Doi : 10.1016/S0246-1064(19)42539-5 
C. Louis-Sylvestre a, b, , A. Cheikhelard b, c, A. Pelet d, C. Crétolle c, e, M. Viaud b, M. Polak b, f
a Département mère-enfant, Institut Mutualiste Montsouris, 42, boulevard Jourdan, 75014 Paris, France 
b Centre de référence des pathologies gynécologiques rares, Hôpital Necker-Enfants malades, 149, rue de Sèvres, 75015 Paris, France 
c Service de chirurgie pédiatrique, Hôpital Necker-Enfants malades, 149, rue de Sèvres, 75015 Paris, France 
d Inserm 1163, Hôpital Necker-Enfants malades, 149, rue de Sèvres, 75015 Paris, France 
e Centre de référence des malformations anorectales et pelviennes rares, Hôpital Necker-Enfants malades, 149, rue de Sèvres, 75015 Paris, France 
f Service d'endocrinologie, de gynécologie et diabétologie pédiatriques, Hôpital Necker-Enfants malades, 149, rue de Sèvres, 75015 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 12
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

Le syndrome de Mayer-Rokitansky-Küster-Hauser ou aplasie utérovaginale est une malformation congénitale rare comportant l'absence de l'utérus et des deux tiers supérieurs du vagin. Le diagnostic est le plus souvent évoqué à la puberté lors de l'exploration d'une aménorrhée primaire dont ce syndrome est la deuxième cause. Après un rappel de l'embryologie de l'utérus et du vagin, les différentes formes de ce syndrome et la classification sont décrites. L'état actuel des connaissances sur la génétique du syndrome est exposé. Le bilan à effectuer pour porter le diagnostic, rechercher des anomalies associées, éliminer les diagnostics différentiels et envisager un traitement est détaillé. La nécessité d'une prise en charge multidisciplinaire et d'un accompagnement psychologique est expliquée. Le point est fait sur les possibilités de création d'un néovagin avec des techniques chirurgicales ou non. Les possibilités de greffe d'utérus et les alternatives sont abordées. Enfin, le suivi à court, moyen et long termes est expliqué.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Malformation génitale, MRKH, Rokitansky, Aplasie vaginale, MURCS, Aménorrhée primaire


Plan


© 2019  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Aplasies utérovaginales
  • C. Louis-Sylvestre, A. Cheikhelard, A. Pelet, C. Crétolle, I. Gernet, M. Polak, E. Thibaud
| Article suivant Article suivant
  • Gynécologie endocrinienne : méthodes de dosages, exploration dynamique et moléculaire
  • S. Trabado, J. Bouligand, A. Guiochon-Mantel, S. Brailly-Tabard

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.