Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Un suivi multidisciplinaire et un soutien psychosocial diminuent les complications de la dépendance aux opiacés chez les femmes enceintes - 30/03/08

Doi : 10.1016/j.lpm.2007.05.017 

Charlotte Brulet [1],

Corinne Chanal [1],

Patrice Ravel [2],

Evelyne Mazurier [3],

Pierre Boulot [1],

Vincent Faucherre [4]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 10
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Résumé

Objectif

La prise en charge des femmes enceintes toxicomanes par une équipe multidisciplinaire permet de réduire les risques sociaux et médicaux. Le but de notre travail a été d'étudier l'évolution de la toxicodépendance des patientes suivies par la Cellule parentalité et usage de drogues (CPUD) de Montpellier.

Méthodes

Cette étude était prospective et descriptive, elle a duré 5 ans (mars 1997 à décembre 2002). Les critères d'inclusion étaient : dépendance aux opiacés, grossesse en cours, suivi par la CPUD au minimum pendant 15 jours, accouchement au CHU de Montpellier. Les mesures effectuées ont porté sur l'adhésion au suivi, la prise de drogue, les paramètres socioéconomiques, obstétricaux et néonataux.

Résultats

Cent quatorze patientes ont été incluses dans l'étude. Les médecins généralistes prescrivaient le plus souvent les traitements de substitution (64/89) et en particulier la buprénorphine haut dosage (70/105), ce traitement était mésusé dans plus d'un quart des cas (28/105) et 78 patientes mélangeaient plusieurs substances psychoactives. La consommation d'héroïne au cours du suivi a diminué significativement (p < 0,01). Le terme moyen d'accouchement était de 38,5 semaines d'aménorrhée. Un syndrome de sevrage néonatal touchait 89/103 enfants. Il n'y a eu aucun abandon de l'enfant pendant la période d'observation.

Conclusion

Un suivi multidisciplinaire et un soutien psychosocial ont permis de diminuer les complications de la dépendance aux opiacés, alors que le dispositif de prescription de la substitution par les médecins était peu encadré.

Abstract

Summary

Purpose

Drug abuse during pregnancy is an important public health problem. Montpellier University Hospital established a center for addiction and pregnancy in 1997 to provide multidisciplinary prenatal care aimed at reducing maternal and fetal risks during pregnancy and afterwards. This study assesses the trends in drug-taking behavior and pregnancy outcome among women receiving this prenatal care.

Methods

This exploratory prospective study examined participants in this program during its first 5 years (1997-2002). Women were included if they had been: pregnant, addicted to opiates, enrolled in the program for at least 15 days, and if their delivery took place at Montpellier Hospital. We recorded how often they came to prenatal care, drug-taking behavior, social and economic level, and obstetrical and neonatal outcomes.

Results

The study included 114 women. Those receiving drug substitution at the onset of pregnancy mainly saw general practitioners (64/89 at the beginning of pregnancy), who most often prescribed buprenorphine (70/105 at the end of pregnancy). More than two thirds of patients (n=78) abused several substances. Heroine abuse decreased (p < 0.01) over pregnancy, and social and economic level rose (p < 0.001). Mean gestational age at delivery was 38.5 weeks. Neonatal withdrawal syndrome remained an important problem and required treatment in 89 infants (78%). No mothers abandoned their infant.

Conclusion

Multidisciplinary prenatal care with medical, social, and psychological support can decrease opiate abusers' risks during pregnancy even when the drug treatment program is essentially unsupervised.


Plan



© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° 11-C1

P. 1571-1580 - novembre 2007 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prédisposition aux infections des malades ayant un pemphigus
  • Fatima Zahra Belgnaoui, Karima Senouci, Hanane Chraibi, Abdelaziz Aoussar, Fatima Mansouri, Laila Benzekri, Mohamed Ait Ourhroui, Redouane Abouqal, Ernest Heid, Badredine Hassam
| Article suivant Article suivant
  • Une claudication atypique par piège poplité fonctionnel
  • Laurent Mathieu, Renaud Breda, Stéphane Bonnet, Lionel Montagliani, Vincent Duverger

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.