Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Efficacité de supports anatomiques en mousse pour la prévention des escarres de talons - 31/03/08

Doi : 10.1016/j.lpm.2007.07.009 

Jean-François Cadue [1],

Stéphane Karolewicz [2],

Catherine Tardy [1],

Claudie Barrault [1],

René Robert [1],

Olivier Pourrat [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 7
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Résumé

Objectif

Évaluer de façon prospective l’efficacité de prévention des escarres de talons par un support spécifique en mousse et vérifier son innocuité.

Méthodes

Soixante-dix patients ont été répartis aléatoirement en 2 groupes égaux. Un groupe témoin (T) recevait le traitement de référence de prévention des escarres de décubitus du service (position semi-assise, matelas à eau et massage de prévention d’escarre 6 fois par jour), et le groupe expérimental (E) recevait en complément de ce même traitement les supports en mousse à évaluer. Les patients étaient inclus en cas de risque théorique de développer une escarre évalué par un score de Waterlow > 10 et en l’absence de lésion cutanée initiale aux talons. Les mousses recouvertes de jersey étaient constituées d’un support, découpé anatomiquement pour les 2 jambes, plaçant les talons dans le vide, et d’un bloc perpendiculaire au premier, placé sous les pieds (évitant leur positionnement en équin). Le critère de jugement principal était le nombre de lésions cutanées irréversibles du talon (au-delà de la rougeur simple s’effaçant à la pression du doigt) ; cette évaluation était quotidienne jusqu’à la sortie de l’étude (jusqu’à 30 jours maximum).

Résultats

Le nombre d’escarres de talons irréversibles était moindre pour le groupe E (3 patients, 8,6 %) que pour le groupe T (19 patients, 55,4 %), p < 0,0001. Le délai moyen sans escarre était supérieur pour le groupe E (5,6 jours) à celui du groupe T (2,8 jours), p = 0,01. Aucune différence n’a été trouvée entre les 2 groupes pour la survenue d’escarres sacrées ou des segments jambiers.

Conclusion

L’ajout de supports anatomiques en mousse est efficace pour la prévention des escarres de talons chez les patients de réanimation médicale.

Abstract

Summary

Background

To assess in a prospective controlled study the efficacy and safety of a specific foam body-support device designed as to prevent heel pressure ulcers.

Methods

A randomization table was used to allocate 70 patients into 2 groups. The control group was treated with our standard pressure sore prevention protocol (half-seated position, water-mattress and preventive massages 6 times a day); the experimental group was treated with the same standard protocol as well as with the foam body-support device being evaluated. Patients were included if their Waterlow score was >10, indicating a high risk of developing pressure ulcers and if they had no skin lesion on the heels. Foam devices, covered with jersey, were constructed for the legs and allowed the heels to be free of any contact with the bed; another foam block was arranged perpendicularly to the first, in contact with the soles, to prevent ankles from assuming an equinus position (to prevent a dropfoot condition). The principal criterion for efficacy was the number of irreversible skin lesions on the heel (that is, beyond the stage of blanching hyperemia, reversible after finger pressure); these lesions were assessed every day until the end of the study (up to 30 days).

Findings

The number of irreversible heel pressure ulcers was lower in the experimental (3 patients, 8.6%) than in the control group (19 patients, 55.4%) (p < 0.0001). Mean time without any pressure ulcer was higher in the experimental group (5.6 days, compared with 2.8 days, p = 0.01). The groups did not differ in the number of pressure sores on the sacrum and leg.

Conclusion

An anatomical foam body-support is effective in preventing heel pressure ulcers in patients on a medical intensive care unit and is well tolerated.


Plan



© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 37 - N° 1-C1

P. 30-36 - janvier 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prévention des infections à papillomavirus humains (HPV) : accès des jeunes filles aux circuits de soins
  • Denis Malvy, Gilles Grangé, Florian Lançon, Abdelkader El Hasnaoui
| Article suivant Article suivant
  • La fréquence du virus respiratoire syncytial et des autres virus respiratoires dans les hospitalisations de l’enfant
  • Marie-Joëlle El-Hajje, Florence Moulin, Nathalie de Suremain, Elizabeth Marc, Cécile Cosnes-Lambe, Charlotte Pons-Catalano, Mathie Lorrot, Martin Chalumeau, Flore Rozenberg, Josette Raymond, Pierre Lebon, Dominique Gendrel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.