Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

La vie après la réanimation - 11/01/20

Surviving to intensive care

Doi : 10.1016/j.anrea.2019.11.017 
Anaïs Caillard 1, 2, Etienne Gayat 1, , 2
1 Assistance publique–Hôpitaux de Paris, université de Paris, hôpitaux universitaires Saint-Louis–Lariboisière, département d’anesthésie–réanimation, 2, rue Ambroise-Paré, 75010 Paris, France 
2 Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), UMR-S 942 « MASCOT », Paris, France 

Etienne Gayat, Hôpital Lariboisière, DMU Parabol, département d’anesthésie–réanimation, 2, rue Ambroise-Paré, 75010 Paris, France.Hôpital Lariboisière, DMU Parabol, département d’anesthésie–réanimation2, rue Ambroise-ParéParis75010France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 11
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Le syndrome post-réanimation (SPR) ou post-intensive care syndrome (PICS) correspond à un ensemble de troubles somatiques mais aussi psychologiques qui sont courants chez les patients qui survivent à une maladie grave et aux soins intensifs. Certaines études estiment que 50 % à 70 % des survivants des unités de soins intensifs développent un PICS. Les troubles cognitifs rapportés dans le cadre du PICS sont particulièrement fréquents et persistent dans le temps, allant de plus de 64 % à la sortie de l’hôpital, de 32 % à 57 % à 6 mois et plus de 30 % à 1 an suivant les études. Les troubles psychologiques semblent être présents chez un patient survivant sur trois en sortie de soins intensifs et peuvent persister dans le temps ; leurs principaux facteurs de risques sont les troubles psychologiques préexistants et les souvenirs difficiles de l’hospitalisation en soins intensifs. Les proches des patients hospitalisés en réanimation et éventuellement survivants sont aussi affectés. Des symptômes d’anxiété, de dépression ou de stress chez ces aidants ont ainsi été décrits. Un accompagnement de ces proches devrait être envisagé. Les conséquences ou effets secondaires des soins de réanimation pourraient être réduits par une rééducation physique et cognitive multidisciplinaire précoce en réanimation mais aussi poursuivie à la sortie du séjour en unité de soins intensifs. Les résultats d’évaluation des stratégies de traitement des conséquences psychologiques, en particulier de la dépression, sont à ce jour plutôt décevants.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Post-intensive care syndrome (PICS) is a set of somatic but also psychological disorders that are common in patients who survive serious illness and intensive care. Some studies estimate that 50% to 70% of ICU survivors develop PICS. Cognitive disorders are particularly frequent and persist over time, ranging from more than 64% at ICU discharge, from 32% to 57% at 6 months and more than 30% at 1 year depending on the studies. Psychological disorders appear to be present in one in three surviving patients discharged from intensive care and may persist over time; their main risk factors are preexisting psychological disorders and difficult memories of intensive care hospitalisation. Relatives of patients hospitalised in intensive care and possibly survivors are also affected. Symptoms of anxiety, depression or stress in these caregivers have been described. Support for these relatives should be considered. The consequences or side effects of intensive care could be reduced by early multidisciplinary physical and cognitive rehabilitation in intensive care but also continued after leaving the intensive care unit. The results of the evaluation of strategies aiming to prevent psychological consequences, particularly depression, have been rather disappointing so far.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Syndrome post-réanimation, Prévention, Réhabilitation, Dépression, Stress post-traumatique

Keywords : Post-intensive care syndrome, Prevention, Rehabilitation, Depression, Post-traumatic stress disorder


Plan


 Texte de la conférence d'actualisation présentée lors du Congrès de la SFAR 2019.


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 6 - N° 1

P. 39-49 - janvier 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Spécificités de la prise en charge anesthésique de la thrombectomie mécanique dans l’accident vasculaire cérébral ischémique
  • Arnaud Valent, Benjamin Chousterman, Etienne Gayat
| Article suivant Article suivant
  • Le Service des Soins Intensifs de l’Hôpital Erasme (Cliniques Universitaires de Bruxelles)
  • Jacques Creteur

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.