Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Quel est le score échographique des glandes salivaires le plus efficace pour diagnostiquer un syndrome de Gougerot-Sjögren primitif ou secondaire ? - 12/01/20

Doi : 10.1016/j.rhum.2019.09.016 
Amélie Martel a, b, Guillaume Coiffier c, d, , Aurore Bleuzen b, e, Jean Goasguen f, Michel de Bandt g, Christophe Deligny h, Julie Magnant a, b, Nicole Ferreira a, b, Elisabeth Diot a, b, Aleth Perdriger c, d, François Maillot a, b
a Internal medicine department, 37000 Tours, France 
b François-Rabelais university of Tours, 37000 Tours, France 
c Rheumatology department, 35203 Rennes France 
d Inserm UMR 1241 university of Rennes 1, 35203 Rennes France 
e Medical imaging department, 37000 Tours, France 
f Medical imaging department, 97200 Fort de France, Martinique, France 
g Rheumatology department, 97200 Fort de France, Martinique, France 
h Internal medicine department, 97200 Fort de France, Martinique, Francee 

Auteur correspondant. Rheumatology Department, Hôpital Sud, 16, boulevard de Bulgarie, BP90347, Rennes Cedex 2, 35203, FranceRheumatology Department, Hôpital Sud16, boulevard de Bulgarie, BP90347Rennes Cedex 235203France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 8
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

Évaluer la performance de l’échographie des glandes salivaires pour le diagnostic du syndrome de Gougerot-Sjögren primitif (SGSp) ou secondaire (SGSs).

Méthodes

Étude transversale multicentrique sur 97 patients présentant un syndrome sec clinique. Le SGSp (n=39) et le SGSs (n=22) remplissaient les critères de classification du groupe de consensus américano-européen (AECG, American-European Consensus Group). Les témoins (n=36) étaient des patients présentant un syndrome sec mais ne remplissant pas les critères de l’AECG. L’échostructure des quatre glandes salivaires principales a été évaluée selon quatre méthodes : le score de Salaffi (0–16), le score de Jousse-Joulin (0–4), le score de Hocevar (0–48) et le score de Milic (0–12).

Résultats

Les résultats médians des scores échographiques étaient plus élevés dans les groupes SGSp et SGSs que chez les témoins (p<0,001). Selon les courbes ROC et le rapport de vraisemblance positif (RV+), les quatre scores ont montré une bonne performance diagnostique pour le SGSp et le SGSs. L’aire sous la courbe (ASC) du SGSp et du SGSs était respectivement de 0,891 (IC 95 % 0,812–0,970) et de 0,824 (IC 95 % 0,695–0,954) pour le score de Hocevar, de 0,885 (IC 95 % 0,804–0,965) et de 0,808 (IC 95 % 0,673–0,943) pour le score de Milic, de 0,915 (IC 95 % 0,848–0,982) et de 0,844 (IC 95 % 0,724–0,965) pour le score de Salaffi et de 0,897 (IC 95 % 0,821–0,973) et de 0,851 (IC 95 % 0,735–0,968) pour le score de Jousse-Joulin. Cette étude a mis en évidence une reproductibilité interobservateur intéressante (kappa 0,714±0,131) de l’évaluation échographique, avec un accord entre les lecteurs de 85,7 % pour la détermination du caractère pathologique des glandes salivaires.

Conclusion

L’échographie des glandes salivaires est une procédure d’imagerie simple, non invasive et performante pour le diagnostic du SGSp et du SGSs selon les scores de Salaffi, de Milic et de Jousse-Joulin.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Syndrome de Gougerot-Sjögren, Glandes salivaires, Échographie


Plan


 Ne pas utiliser, pour citation, la référence française de cet article mais la référence anglaise de Joint Bone Spine avec le DOI ci-dessus.


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 87 - N° 1

P. 35-42 - janvier 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Traitements intra-discaux des discopathies actives
  • Johann Beaudreuil
| Article suivant Article suivant
  • Sécurité des agents biologiques dans les maladies rhumatismales pédiatriques : étude rétrospective multicentrique en situation réelle dans la base de données JIRcohorte
  • Natalia Cabrera, Jean-Christophe Lega, Behrouz Kassai, Carine Wouters, Anuela Kondi, Elvira Cannizzaro, Andreas Woerner, Aurelie Chausset, Samuel Roethlisberger, Cyril Jeanneret, Florence Aeschlimann, Salma Malik, Agnès Duquesne, Daniela Kaiser, Laetitia Higel, Anne Maes, Gerald Berthet, Veronique Hentgen, Isabelle Kone-Paut, Alexandre Belot, Michael Hofer

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.