Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Syndrome des ovaires polymicrokystiques - 23/01/20

[145-A-10]  - Doi : 10.1016/S0246-1064(19)65067-X 
G. Robin a, b, c, , M. Peigne a, A. Dumont a, b, P. Plouvier a, A.-L. Rolland a, b, S. Catteau-Jonard a, b, D. Dewailly a, b
a Service d'assistance médicale à la procréation et préservation de la fertilité, Hôpital Jeanne-de-Flandre, CHRU de Lille, avenue Eugène-Avinée, 59037 Lille cedex, France 
b Service de gynécologie médicale, orthogénie et sexologie, Hôpital Jeanne-de-Flandre, CHRU de Lille, avenue Eugène-Avinée, 59037 Lille cedex, France 
c EA 4308 Gamétogenèse et qualité du gamète, Institut de biologie de la reproduction-spermiologie, CECOS, Hôpital Albert-Calmette, CHRU de Lille, 59037 Lille cedex, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 16
Iconographies 7
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

Depuis sa description initiale par Stein et Leventhal en 1935, le syndrome des ovaires polymicrokystiques (SOPMK) a vu sa définition évoluer. Depuis 2003, à l'issue de la conférence de consensus de Rotterdam, la définition repose sur la présence de critères cliniques, biologiques et échographiques, après avoir éliminé les autres étiologies susceptibles de donner des tableaux cliniques similaires. La physiopathologie de ce syndrome reste l'objet de nombreuses controverses au sein de la communauté scientifique, mais la plupart des spécialistes semblent s'accorder sur le fait que l'hyperandrogénie d'origine ovarienne en est l'élément « fondateur ». Sa prise en charge thérapeutique, tant sur le plan de l'hyperandrogénie que de l'infertilité et des troubles du cycle, est de mieux en mieux codifiée. L'association fréquente de l'insulinorésistance à ce syndrome doit amener à la dépister devant tout diagnostic de SOPMK. En effet, dans ce cas, les mesures hygiénodiététiques et l'utilisation d'agents insulinosensibilisants, dont la place reste à définir, semblent potentialiser l'action des différentes thérapeutiques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Syndrome des ovaires polymicrokystiques (SOPMK), Hyperandrogénie, Insulinorésistance, Anovulation, Antiandrogènes, Inducteurs de l'ovulation


Plan


© 2019  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Gynécologie endocrinienne : méthodes de dosages, exploration dynamique et moléculaire
  • S. Trabado, J. Bouligand, A. Guiochon-Mantel, S. Brailly-Tabard
| Article suivant Article suivant
  • Physiologie de la prolactine
  • P. Touraine, V. Goffin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.