Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Use of complementary and alternative medicine in cancer: A Tunisian single-center experience - 28/01/20

L’utilisation des médecines alternatives et complémentaires chez les patients atteints de cancer : étude Tunisienne monocentrique

Doi : 10.1016/j.bulcan.2019.10.007 
Soumaya Labidi 1, 2, Sana Ennouri 1, 2, , Haifa Rachdi 1, 2, Houda El Benna 1, 2, Nesrine Mejri 1, 2, Nouha Daoud 1, 2, Yosra Berrazaga 1, 2, Hamouda Boussen 1, 2
1 Abderrahmen Mami Hospital, Medical oncology department SOMA, Rue de l’hôpital, 2080 Ariana, Tunisia 
2 University Tunis El Manar, Faculty of Medicine of Tunis, Tunisia 

Sana Ennouri, Abderrahmen Mami Hospital, Medical oncology department SOMA, Rue de l’hôpital, 2080 Ariana, Tunisia.Abderrahmen Mami Hospital, Medical oncology department SOMARue de l’hôpitalAriana2080Tunisia
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le mardi 28 janvier 2020
Cet article a été publié dans un numéro de la revue, cliquez ici pour y accéder

Summary

Introduction

We aimed to explore the use of complementary and alternative medicine (CAM) and to identify their side effects, when used in cancer patients. We also assessed the communication of the patients and families with the oncologist about this issue.

Methods

A cross-sectional survey of 120 adult patients treated for cancer in our medical oncology department between January and April 2019, using an anonymous questionnaire to assess complementary and alternative medicine use.

Results

One hundred twenty patients participated in the survey, among them 102 used CAM (85%). A majority of users were female patients (n=72, 70.6%), and mean age was 52.4 years±11.6. Patients had breast cancer in 48% of cases. Wild herbs were the most commonly used alternative therapy (67.7%), particularly Ephedra foeminea (Alanda) in 52% of cases. Patients’ families incited them to use CAM in 64.7% of cases. Internet and social network (Facebook) were the major sources of information on CAM (79.4%), followed by family and friends (72.5%). Fourteen patients (13.7%) reported nausea and vomiting secondary to CAM use. We reported disruption of liver function in 9.8% of cases, and renal failure in 1.96%, with fatal issue in one patient using Ephedra. Nineteen patients (18.6%) informed their oncologist about the alternative therapy they received.

Conclusion

The oncologist has to explore the use of alternative therapies with their patients. Communication about CAM should be a part of cancer care. It may protect patients from some dangerous side effects and improve efficacy of conventional therapy.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Introduction

Notre objectif était d’explorer l’utilisation de médecines alternatives et complémentaires (CAM) et d’identifier leurs effets secondaires lorsqu’ils étaient utilisés chez des patients atteints de cancer. Nous avons également évalué la communication des patients et des familles avec l’oncologue sur ce problème.

Matériels et méthodes

Une enquête transversale menée auprès de 120 patients adultes traités pour un cancer dans notre service d’oncologie médicale entre janvier et avril 2019, à l’aide d’un questionnaire anonyme permettant d’évaluer l’utilisation de la médecine complémentaire et parallèle.

Résultats

Cent vingt patients ont participé à l’enquête, dont 102 utilisaient une thérapie alternative (85 %). La majorité des utilisateurs étaient des femmes (n=72, 70,6 %), et l’âge moyen était de 52,4 ans±11,6. Les patientes étaient atteintes de cancer du sein dans 48 % des cas. Les herbes sauvages étaient le traitement alternatif le plus utilisé (67,7 %), en particulier Ephedra foeminea (Alanda) dans 52 % des cas. La famille des patients les a incités à utiliser les traitements complémentaires dans 64,7 % des cas. L’internet et les réseaux sociaux (Facebook) ont été les principales sources d’information sur les CAM (79,4 %), suivis par la famille et les amis (72,5 %). Quatorze patients (13,7 %) ont rapporté des nausées et des vomissements secondaires à l’utilisation des CAM. Nous avons signalé une perturbation de la fonction hépatique dans 9,8 % des cas et une insuffisance rénale dans 1,9 %, avec issue fatale chez un patient traité par l’éphédra. Dix-neuf patients (18,6 %) ont informé leur oncologue du traitement complémentaire qu’ils avaient reçu.

Conclusion

L’oncologue doit explorer l’utilisation de thérapies alternatives avec ses patients. La communication sur la MCA devrait faire partie des soins du cancer. Il peut protéger les patients de certains effets secondaires dangereux et améliorer l’efficacité du traitement conventionnel.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Complementary alternative medicine, Cancer, Treatment, Side effects, Communication, Oncologist

Mots clés : Médecine alternative complémentaire, Cancer, Traitement, Effets secondaires, Communication, Oncologue


Plan


© 2019  Société Française du Cancer. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.