Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Efficacité de la photochimiothérapie extracorporelle dans le traitement du lichen plan érosif : étude rétrospective - 01/02/20

Efficacy of photopheresis in the treatment of erosive lichen planus: A retrospective study

Doi : 10.1016/j.annder.2019.02.011 
E. Birckel , D. Lispker, B. Cribier
 Clinique dermatologique, université de Strasbourg, hôpitaux universitaires de Strasbourg, 1, place de l’Hôpital, 67091 Strasbourg cedex, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le lichen plan érosif de la peau et des muqueuses est une maladie invalidante qui a des répercussions sur la qualité de vie des patients et dont la prise en charge n’est pas codifiée. Nous rapportons les données rétrospectives d’efficacité de la photochimiothérapie extracorporelle (PCE) comme traitement du lichen érosif chez 11 patients.

Patients et méthodes

Nous avons traité par PCE dix femmes et un homme ayant un lichen érosif résistant à en moyenne deux traitements antérieurs. La PCE était administrée en deux séances, deux jours consécutifs toutes les deux semaines en début de traitement, puis les cycles étaient espacés. Le critère de jugement principal était l’efficacité clinique partielle ou complète.

Résultats

La PCE a eu un effet positif chez les 11 malades. On constatait 6 rémissions complètes et 5 réponses partielles. La rémission complète était obtenue en 5,5 mois en moyenne ; l’amélioration des symptômes était plus précoce. Les rechutes à l’espacement ou à l’arrêt des séances de PCE étaient fréquentes ; la reprise de la PCE était à nouveau efficace.

Discussion

Notre étude renforce les données de la littérature, issues de 28 observations déjà publiées. L’efficacité et l’amélioration des symptômes sont précoces. La PCE est un traitement habituellement bien toléré, avec un seul arrêt volontaire dans notre étude, mais elle impose des contraintes horaires, techniques et de coût. Ces contraintes et la fréquence des rechutes posent la question de la durée du traitement. Le schéma de traitement initial de la PCE ne semble pas modifier le délai pour obtenir la rémission du lichen plan érosif.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Erosive lichen planus of the skin and mucosa is an invalidating disease that impacts the quality of life of patients and for which there is no codified treatment. Herein we report retrospective efficacy data for extracorporeal photopheresis (ECP) in the treatment of erosive lichen planus in 11 patients.

Patients and methods

We treated 10 women and 1 man with PCE for erosive lichen planus refractory on average to two previous treatments. PCE was administered in two sessions on two successive days every two weeks at the start of treatment, followed by more widely spaced cycles. The primary evaluation criterion was partial or complete clinical efficacy.

Results

PCE had a positive effect on all 11 patients. We noted 6 complete remissions and 5 partial remissions. Complete remission was achieved within a mean 5.5 months, with improvement in symptoms occurring earlier. Relapse was frequent during the intervals between PCE sessions and on discontinuation of treatment but resumption of PCE once again proved effective.

Discussion

Our study supports the data in the literature from 28 published cases. Treatment efficacy and improvement in symptoms were rapidly apparent. PCE is generally a well-tolerated treatment, with only one patient dropping out of our study, but it imposes certain scheduling, technical and cost constraints. These constraints and the frequency of relapse underscore the question of treatment duration. The initial therapeutic schedule for PCE does not appear to modify the times required to achieve remission of erosive lichen planus.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Photochimiothérapie extracorporelle, Lichen plan érosif

Keywords : Extracorporeal photopheresis, Erosive lichen planus


Plan


© 2019  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 147 - N° 2

P. 86-92 - février 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La photo chimiothérapie extra-corporelle ; hier, aujourd’hui et demain
  • F. Heshmati
| Article suivant Article suivant
  • La dermatologie académique française sur Twitter
  • N. Kluger, D. du Crest

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.