Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les avancées actuelles de l’immunothérapie dans le cancer de l’ovaire - 21/02/20

Current advances in immunotherapy in ovarian cancer

Doi : 10.1016/j.bulcan.2019.11.015 
Olivia Le Saux 1, 2, , Bertrand Dubois 2, Marc-Henri Stern 3, 4, Magali Terme 5, 6, Eric Tartour 5, 6, 7, Jean-Marc Classe 8, Nicolas Chopin 9, Olivier Trédan 9, Christophe Caux 2, Isabelle Ray-Coquard 9
1 Hospices civils de Lyon, service d’oncologie médicale, 165, chemin du grand Revoyet, 69495 Pierre-Bénite, France 
2 Université Claude-Bernard Lyon I, centre de recherche en cancérologie de Lyon, CNRS 5286, centre Léon-Bérard, Inserm 1052, 69008 Lyon, France 
3 Université de recherche PSL, institut Curie, DNA repair and uveal melanoma (D.R.U.M.), équipe labellisée par la Ligue nationale contre le cancer, Inserm U830, 75248 Paris, France 
4 Institut Curie, département de biologie des tumeurs, Paris, France 
5 PARCC (Paris-Cardiovascular Research Center), Inserm U970, Paris, France 
6 Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité, faculté de médecine, Paris, France 
7 AP–HP, Hôpital Européen Georges-Pompidou, service d’immunologie biologique, Paris, France 
8 Institut de cancérologie de l’Ouest, Saint-Herblain, départment de chirurgie carcinologique, Loire Atlantique, France 
9 Centre Léon-Bérard, 28, rue Laennec, 69008 Lyon, France 

Olivia Le Saux, Hospices civils de Lyon, service d’oncologie médicale, 165, chemin du grand Revoyet, 69495 Pierre-Bénite, France.Hospices civils de Lyon, service d’oncologie médicale165, chemin du grand RevoyetPierre-Bénite69495France
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le vendredi 21 février 2020

Résumé

Les cancers ovariens expriment des antigènes tissu-spécifique fortement immunogènes. L’infiltration immunitaire qui en résulte est un facteur pronostique majeur. Il existe donc un rationnel biologique fort pour le développement de l’immunothérapie dans le cancer ovarien. Cependant, sur les données d’essais de phase I et II, l’efficacité d’inhibiteurs de point de contrôle immunitaire anti-PD-1 et anti-PD-L1 reste limitée en monothérapie chez des patientes lourdement pré-traitées. À l’heure actuelle, l’identification de biomarqueurs prédictifs de réponse et résistance constitue un des grands axes de recherche. Une autre approche afin de rendre les tumeurs de l’ovaire immunogènes est d’évaluer l’association des anti-PD-1, anti-PD-L1 à d’autres thérapeutiques. Plusieurs études de combinaison ont été rapportées. Les résultats en association avec la chimiothérapie (anthracyclines ou association carboplatine paclitaxel) sont décevants (études JAVELIN). L’association aux inhibiteurs de PARP, anti-angiogénique et inhibiteur de CTLA-4 semble prometteuse. D’autres thérapeutiques immunitaires comme les thérapies cellulaires (transfert adoptif de lymphocytes intra-tumoraux, CAR T cells ou vaccins à partir de cellules dendritiques) pourraient constituer l’avenir de l’immunothérapie dans le cancer de l’ovaire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Ovarian cancers express highly immunogenic tissue-specific antigens. The resulting immune infiltration is a major prognostic factor. There is therefore a strong biological rationale for the development of immunotherapy in ovarian cancer. However, based on Phase I and II clinical trials data, the efficacy of anti-PD-1 and anti-PD-L1 immune checkpoint inhibitors (ICPIs) remains limited in monotherapy in heavily pre-treated patients. Currently, the identification of predictive biomarkers of response and resistance is one of the major areas of research. Identifying effective combination of anti-PD-1 or anti-PD-L1 with other anticancer agents is another clinical need. Several combinations were evaluated. The association of ICPIs with chemotherapy (anthracyclines or carboplatin+paclitaxel) is disappointing (JAVELIN studies). The association with PARP inhibitors, anti-angiogenic agents and CTLA-4 inhibitors seems promising. Other immune therapies such as cell therapies (adoptive transfer of intra-tumor lymphocytes, CAR T cells or vaccines from dendritic cells) could be the future of immunotherapy in ovarian cancer but only early phase studies clinical data is available at this time.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Tumeurs de l’ovaire, Thérapeutique, Immunothérapie

Keywords : Ovarian tumors, Therapeutics, Immunotherapy


Plan


© 2020  Société Française du Cancer. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.