Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Maladie de Nicolas et Favre : lymphogranulomatose vénérienne - 26/02/20

[8-076-A-10]  - Doi : 10.1016/S1166-8598(20)81916-4 
B. de Barbeyrac a,  : Maître de conférences des Universités, praticien hospitalier, F. Juguet b : Praticien attaché de proctologie, O. Peuchant a : Maître de conférences des Universités, praticien hospitalier
a Centre national de référence des infections sexuellement transmissibles, EA 3671 Infections humaines à mycoplasmes et Chlamydia, Université de Bordeaux, 146, rue Léo-Saignat, 33076 Bordeaux cedex, France 
b Service de gastroentérologie, Hôpital Haut-Lévêque, avenue Magellan, 33075 Pessac cedex, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le jeudi 27 février 2020

Résumé

La maladie de Nicolas et Favre, ou lymphogranulomatose vénérienne (LGV), est une maladie sexuellement transmissible due aux sérovars invasifs L1-L3 de Chlamydia trachomatis. Elle est l'une des cinq maladies vénériennes initialement décrites, telles que la syphilis, la gonorrhée, le chancre mou et la donovanose. De répartition mondiale, c'est une maladie endémique dans les régions tropicales et subtropicales et exceptionnelle dans les pays industrialisés jusqu'à ces dernières années. Une recrudescence de l'infection dans une forme rectale chez les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes est en cours depuis 2004 en Europe, États-Unis et Australie, notamment chez les patients séropositifs pour le virus de l'immunodéficience humaine. La LGV est une maladie systémique chronique dont le point de départ est une ulcération génitale souvent méconnue, révélée par deux tableaux cliniques principaux, l'adénite inguinale et la rectite aiguë. Le diagnostic différentiel doit éliminer les autres causes d'ulcérations génitales ou une maladie de Crohn et dans la phase tardive chronique, une néoplasie. Le diagnostic de certitude repose sur la mise en évidence de C. trachomatis sérovars L au niveau du site infecté. Une antibiothérapie par cyclines pendant au moins trois semaines représente le traitement de choix.


Mots-clés : Chlamydia trachomatis, Lymphogranulomatose vénérienne, Maladie de Nicolas et Favre, Ulcération génitale, Rectite


Plan


© 2020  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.