Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

L’activité physique et le sport chez l’enfant drépanocytaire - 27/02/20

Physical activity and sport in children with sickle cell disease

Doi : 10.1016/j.jpp.2020.01.002 
M. Pellan a, b,
a Département ambulatoire de réentraînement à l’effort et réhabilitation, Soins de Suite et Réadaptation, Espace Pédiatrique Alice-Blum Ribes, 4, place du Général de Gaulle, 93100 Montreuil 
b Laboratoire d’Explorations Fonctionnelles & Service de Pédiatrie, Hôpital Jean-Verdier, avenue du 14 Juillet, 93140 Bondy 

Correspondance. Département ambulatoire de réentraînement à l’effort et réhabilitation, Soins de Suite et Réadaptation–Espace Pédiatrique Alice-Blum Ribes, 4 place du Général de Gaulle, 93100 Montreuil.Département ambulatoire de réentraînement à l’effort et réhabilitation, Soins de Suite et Réadaptation–Espace Pédiatrique Alice-Blum Ribes4 place du Général de GaulleMontreuil93100
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le jeudi 27 février 2020

Résumé

La pratique du sport chez l’enfant ou l’adolescent atteints de drépanocytose a longtemps été contre-indiquée du fait du risque accru de crise vaso-occlusive. L’exercice physique constitue en effet physiologiquement une situation particulièrement à risque : déshydratation, hypoxémie, stress, acidose, traumatisme…. Malgré ces risques réels, les bienfaits d’une activité sportive régulière sont néanmoins désormais reconnus, comme d’ailleurs pour toute maladie chronique. Elle doit ainsi être encouragée afin d’améliorer la tolérance à l’effort, lutter contre le déconditionnement progressif et probablement améliorer le devenir à moyen et long terme, même si de nouvelles études restent nécessaires dans la population pédiatrique. Afin de garantir tous les bienfaits de cette pratique sportive et limiter au maximum le risque de crise vaso-occlusive, des règles strictes doivent être impérativement respectées. Ces règles concernent à la fois les principes d’hydratation, d’intensité de l’effort, des conditions climatiques, des risques de traumatisme et d’infection… et doivent faire l’objet d’éducation thérapeutique tout au long du suivi de l’enfant et de l’adolescent. Les principes de prévention et de surveillance devront non seulement être connus de l’enfant mais également de sa famille, de son encadrement scolaire par le biais d’un Projet d’Accueil Individualisé (PAI) et de ses entraîneurs sportifs en cas d’inscription en club. Chaque sport souhaité par l’enfant doit faire l’objet d’une discussion individualisée et éclairée sur les risques. Une fois ces moyens de prévention appliqués, les accidents sont relativement rares et permettent à l’enfant de mieux appréhender ses limites vis-à-vis de l’exercice, s’épanouir en collectivité et améliorer sa qualité de vie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

The practice of sport in children or adolescents with sickle cell disease has long been contraindicated because of the increased risk of vaso-occlusive crisis. Physical exercise is in fact a physiological situation particularly at risk: dehydration, hypoxemia, stress, acidosis, trauma... Despite these real risks, the benefits of a regular sports activity are nevertheless now recognized, as indeed for any chronic illness. It must be encouraged to improve exercise tolerance, to combat progressive deconditioning and probably to improve the long-term future, even if new studies are still needed in the pediatric population. In order to guarantee all the benefits of this sport and to minimize the risk of a vaso-occlusive crisis, strict rules must be respected. These rules concerning the principles of hydration, intensity of effort, climatic conditions, risks of trauma and infection... and must be the subject of therapeutic education throughout the follow-up of the child and teenager. The principles of prevention and surveillance will not only have to be known to the child but also to his family, to his school supervision through a PAI but also to his sports coaches in case of club registration. Every sport the child wants should be the subject of an informed discussion about the possible risks. Once these means of prevention are applied, accidents are rare and allow the child to better understand his limits to exercise, to thrive in the community and to improve his quality of life.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Drépanocytose, Enfants, Adolescents, Activité physique, Sport, Activité physique adaptée

Keywords : Sickle cell disease, Children, Adolescents, Physical activity, Exercise therapy


Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.