Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pustulose exanthématique aiguë localisée après injections d’héparine calcique - 27/02/20

Acute localized exanthematous pustulosis following heparin calcium injections

Doi : 10.1016/j.annder.2019.09.607 
M. Osché , L. Gusdorf, B. Cribier, J.-N. Scrivener
 Clinique dermatologique, hôpitaux universitaires de Strasbourg, 1, place de l’Hôpital, 67091 Strasbourg cedex, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La pustulose exanthématique aiguë localisée (PEAL) est une variante rare de la pustulose exanthématique aiguë généralisée (PEAG). Comme la PEAG, elle est définie aussi par des critères établis par le groupe EuroSCAR. Seuls une vingtaine de cas de PEAL ont été décrits dans la littérature.

Observation

Une patiente de la soixantaine a développé brutalement des plaques érythémateuses indurées sur les sites d’injections d’héparine calcique dans les cuisses, avec au centre un décollement superficiel et une bordure de vésicules et de pustules non folliculaires. Il n’y avait pas de lésion cutanée à distance ni de lésion muqueuse, et la patiente était apyrétique. L’analyse histologique révélait un épiderme spongiotique avec pustule sous-cornée et un infiltrat de lymphocytes, de neutrophiles et d’éosinophiles dans le derme, sans nécrose kératinocytaire. Le score EuroSCAR était de 10/12, confirmant le diagnostic certain de PEAL. L’évolution était rapidement favorable après arrêt de l’héparine, avec persistance de macules pigmentées post-inflammatoires.

Discussion

Cette observation montre que l’héparine calcique peut entraîner une PEAL, ce qui en contre-indique l’utilisation ultérieure. Parmi les autres facteurs inducteurs, on trouve principalement des antibiotiques par voie générale, des piqûres d’araignée ou des expositions à des végétaux. Le cas présenté est remarquable par la limitation des lésions aux zones d’injection.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Background

Acute localized exanthematous pustulosis (ALEP) is a rare variant of acute generalized exanthematous pustulosis and is also defined by diagnostic criteria established by the EuroSCAR study group. Some twenty cases of ALEP have been described in the literature.

Patients and methods

A 61-year-old woman suddenly developed erythematous and edematous lesions after subcutaneous heparin calcium injections in the thighs, with bullous detachment at the center of the lesions and multiple vesicles and non-follicular pustules on the edges. These lesions were centered around the injection points. There were no other skin lesions and no lesions on the oral mucosa, and the patient was apyrexial. The skin biopsy revealed an intracorneal pustule with spongiosis, as well as a prominent infiltrate of lymphocytes, neutrophils and eosinophils in the dermis, with no necrotic keratinocytes. We confirmed a definite diagnosis of ALEP, with a score of 10/12 according to the EuroSCAR criteria. A favorable outcome was quickly obtained after discontinuation of heparin injections, with only post-inflammatory pigmented macules.

Discussion

This case shows that heparin calcium can lead to ALEP, thus contraindicating further administration of this substance. Other causative factors consist chiefly of systemic antibiotics, spider bites and exposure to certain plants. This case is remarkable in terms of the limitation of lesions to heparin calcium injection sites.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Pustulose exanthématique aiguë localisée, Toxidermie, Héparine, Héparine non fractionnée, Héparine calcique

Keywords : Acute localized exanthematous pustulosis, Cutaneous drug reaction, Heparin, Unfractionated heparin, Heparin calcium


Plan


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 147 - N° 3

P. 207-211 - mars 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Syndrome de Sweet chez une patiente traitée par erlotinib pour un adénocarcinome bronchique
  • D. Ahangari, P. Ngendahayo, B. Colinet, P.-P. Roquet-Gravy
| Article suivant Article suivant
  • Ischémie digitale avec ulcération pulpaire sous ipilimumab
  • N. Zenati, J. Charles, I. Templier, S. Blaise

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.