Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Évolution de la pression artérielle après introduction d’un antidépresseur en établissement public de santé mentale - 18/03/20

Changes in blood pressure after introduction of an antidepressant in a public institution of mental health

Doi : 10.1016/j.ancard.2020.01.002 
W. Hildebrandt a, C. Dumesnil b, M. Plancke a, L. Plancke c, P. Thomas c, d, R. Bordet d, e, M. Calafiore a, M. Rochoy a, e,
a Département de médecine générale, faculté de médecine, université Lille, 59000 Lille, France 
b EPSM Lille Métropole, 59487 Armentières, France 
c Federation of Mental Health Research, 3, rue Malpart, 59000 Lille, France 
d Université Lille, CHU de Lille, 59000 Lille, France 
e Inserm U1171, troubles cognitifs dégénératifs et vasculaires, université Lille, 59000 Lille, France 

Auteur correspondant. 20, rue André-Pantigny, 62230 Outreau, France.20, rue André-PantignyOutreau62230France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 9
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La primo-prescription d’antidépresseur est fréquente en médecine générale. La relation entre introduction d’antidépresseur et évolution de la pression artérielle (PA) n’est pas bien établie dans la littérature. Nous avons étudié l’évolution à court terme de la PA en fonction de l’introduction, ou non, d’un antidépresseur au sein d’un établissement public de santé mentale (EPSM).

Matériels et méthodes

Étude épidémiologique analytique monocentrique de type exposé/non exposé sur une cohorte rétrospective, avec un recueil des données des séjours entre 2013 et 2015 à l’EPSM d’Armentières. Les séjours ont été séparés en deux groupes : traité par antidépresseur (introduit lors du séjour) et témoin (sans antidépresseur). La PA a été mesurée sur une période de 30jours par séjour. Pour évaluer l’évolution de la PA en fonction des groupes, nous avons utilisé un modèle de régression linéaire, mixte imbriqué, avec ajustement sur plusieurs variables.

Résultats

Sur 1241 séjours analysés, 124 étaient dans le groupe traité et 1117 dans le groupe témoin. L’âge moyen des patients était de 44,6±14,7 ans. Les deux groupes étaient comparables sur la plupart des variables analysées. La variation de PA systolique était associée aux valeurs de PA systolique à l’entrée, à l’antécédent d’HTA, à la présence d’un antihypertenseur et à l’IMC ; la variation de PA diastolique était associée aux valeurs de PA diastolique à l’entrée, à la présence d’un antihypertenseur, à l’IMC et à l’antécédent de trouble bipolaire. Nous ne retrouvons pas de différence significative dans l’évolution de la PA dans le temps entre le groupe traité et le groupe témoin sur les 30jours de mesure par séjour, après ajustement (coefficient d’évolution de +0,12mmHg de PA systolique et −0,1mmHg de PA diastolique, p=0,45 et 0,38 respectivement).

Conclusion

Ces résultats sont rassurants sur l’évolution précoce de la PA après introduction d’antidépresseur. Ils ne doivent pas faire oublier les effets fréquents de la dépression et des antidépresseurs sur le risque cardiovasculaire (diminution de l’activité physique, dyslipidémie, prise de poids, etc.)

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Introduction

Primary prescribing of antidepressants is common in general practice. The relationship between antidepressant introduction and blood pressure (BP) changes is not well established in the literature. The purpose of our study was to examine the short-term course of AHR with and without the introduction of an antidepressant into a public institution of mental health (EPSM).

Materials and methods

An exposed/non-exposed single-centre analytical epidemiological study on a retrospective cohort, with a collection of data on stays between 2013 and 2015 at the EPSM in Armentières. The stays were divided into two groups: antidepressant treatment (introduced during the stay) and control (without antidepressant). BP measurements were taken over a 30-day period per stay. To assess the evolution of AHR across groups, we used a nested mixed linear regression model with multivariate adjustment.

Results

Out of 1241 stays analysed, 124 were in the treated group and 1117 in the control group. The average age was 44.6±14.7 years. The two groups were comparable on most of the variables analyzed. The change in systolic BP was associated with systolic BP values at baseline, history of hypertension, presence of an antihypertensive drug and BMI; the change in diastolic BP was associated with diastolic BP values at baseline, presence of an antihypertensive drug, BMI and history of bipolar disorder. We find no significant difference in the evolution of BP over time between the treated group and the control group over the 30 days of measurement per stay, after adjustment (evolution coefficient of +0.12mmHg systolic BP and −0.1mmHg diastolic BP, P=0.45 and 0.38 respectively).

Conclusion

These results are reassuring on the early development of BP after the introduction of antidepressants. They should not overlook the frequent effects of depression and antidepressants on cardiovascular risk (decreased physical activity, dyslipidemia, weight gain, etc.).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Antidépresseurs, Pression artérielle, Hôpital psychiatrique, Effets secondaires indésirables des médicaments

Keywords : Antidepressive agents, Arterial pressure, Psychiatric hospital, Drug-related side effects and adverse reactions


Plan


© 2020  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 69 - N° 1

P. 37-45 - mars 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Analyse des comorbidités chez les patients hospitalisés pour un accident vasculaire cérébral ischémique et leurs influences sur la létalité
  • M. Savsin, D. Dubourg, Y. Coppieters, P. Collart
| Article suivant Article suivant
  • L’occlusion de l’artère radiale après cathétérisme cardiaque : est-ce réellement un problème ?
  • F. Hage, G. Badaoui, H. Routledge, H. Benamer, R. Cheaito, J. Monségu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.