Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

«Damage control orthopédique de guerre» des lésions des membres. Réflexions sur l’expérience du Service de Santé des Armées français. * - 21/03/20

Damage control orthopaedics in war wounds of limbs. Reflecting on the experience of the French Military Health Services.

Doi : 10.1016/j.banm.2019.12.021 
Sylvain Rigal 1, , Laurent Mathieu 2
1 Service d’orthopédie traumatologie et chirurgie réparatrice des membres, hôpital d’instruction des armées Percy, 101 avenue Henri Barbusse, 92140 Clamart, France 
2 Service d’orthopédie traumatologie et chirurgie réparatrice des membres, hôpital d’instruction des armées Percy, 101 avenue Henri Barbusse, 92140 Clamart, France 

Auteur correspondant: Service d’orthopédie traumatologie et chirurgie réparatrice des membres, hôpital d’instruction des armées Percy, 101 avenue Henri Barbusse, 92140 Clamart, FranceService d’orthopédie traumatologie et chirurgie réparatrice des membres, hôpital d’instruction des armées Percy101 avenue Henri BarbusseClamart92140France
Sous presse. Manuscrit accepté. Disponible en ligne depuis le samedi 21 mars 2020
Cet article a été publié dans un numéro de la revue, cliquez ici pour y accéder

Résumé

Extension du concept de damage control chirurgical, le damage control orthopédique (DCO) a été initialement développé pour limiter l’agression chirurgicale chez les polytraumatisés instables. L’objectif est d’éviter la triade létale (acidose, hypothermie, coagulopathie) par une stabilisation rapide des fractures au moyen d’un fixateur externe qui sera relayé de façon précoce par une ostéosynthèse interne. Ce principe de fixation externe temporaire a ensuite été appliqué à la prise en charge de traumatismes isolés mais sévères des membres ne pouvant être traités de façon idéale en urgence : fractures avec lésion artérielle nécessitant une réparation vasculaire, fractures épiphysaires avec souffrance cutanée et traumatismes étagés des membres. Les autres circonstances d’application du DCO sont liées au contexte sanitaire, lorsque les moyens chirurgicaux de la structure d’accueil sont limités ou qu’il existe un afflux de blessés saturant imposant un damage control collectif. Pour ces raisons, le DCO s’impose souvent dans la prise en charge des traumatismes balistique des membres, et est quasiment obligatoire en pratique militaire pour laquelle on décrit un DCO de guerre. La stabilisation temporaire s’intègre alors dans une stratégie globale visant à sauver la vie en stoppant l’hémorragie, à sauver le membre en levant l’ischémie, et à préserver la fonction en évitant l’infection et le syndrome compartimental. Le choix du mode fixation définitive, interne ou externe, se fera secondairement en fonction du segment osseux considéré, de la gravité des lésions des parties molles et de la survenue d’éventuelles complications infectieuses.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Evolution of the damage control surgery concept, Damage Control Orthopeadics (DCO) was first developed to limit additional trauma in unstable polytraumatized patients with femoral shaft or pelvic fractures. The purpose was to avoid the lethal triad (acidosis, hypothermia, coagulopathy) using fast and temporary fracture stabilization by external fixation, secondarily converted to definitive internal fixation. Later, temporary external fixation was extended to the management of complicated isolated limb traumas for which the ideal treatment cannot be provided at the initial phase: fractures with arterial injury requiring vascular repair, epiphyseal fractures with skin complications or multifocal limb trauma. Other indications are related to austere environments due to limited surgical means or massive casualties requiring collective damage control procedures. For these reasons DCO procedures are often required to manage missile extremity injuries, and are nearly mandatory in the military practice in conditions of war. Temporary external fixation is a part of a global strategy raised to save the life by hemorrhage control, to save the limb by vascular repair, and to preserve the function by prevention of infection and treatment of compartment syndrome. Definitive bone fixation, either internal or external, will be performed secondarily according to fracture location, soft-tissue injury severity and potential infectious complications.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Blessures de guerre, Traumatismes de la jambe, Procédures orthopédiques, Fixateurs externes

Keywords : War-Related Injuries, Leg Injuries, Orthopedic Procedures, External Fixators



© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.