Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Physiopathologie de la drépanocytose homozygote - 30/03/20

[13-006-D-13]  - Doi : 10.1016/S1155-1984(20)83452-9 
F. Bernaudin
 Centre de référence de la drépanocytose, Centre hospitalier intercommunal de Créteil, 40, avenue de Verdun, 94010 Créteil, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 14
Iconographies 10
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

Dans la drépanocytose homozygote, maladie autosomique récessive, une mutation ponctuelle est responsable du remplacement de l'hémoglobine normale A par une hémoglobine S polymérisant en condition désoxygénée, provoquant la déformation du globule rouge en faucille et l'hémolyse. Une cascade d'événements biologiques intervient ensuite incluant l'activation et l'hyperadhésion des leucocytes et plaquettes avec obstruction vasculaire, un déficit fonctionnel en oxyde nitrique (NO), l'inflammation, le stress oxydatif, les lésions liées au phénomène ischémie-reperfusion, une hypercoagulabilité. Tous ces phénomènes sont à l'origine des crises douloureuses et de l'atteinte progressive de tous les organes. Malgré l'atteinte monogénique, de nombreux gènes modifient la sévérité de la maladie, en particulier ceux qui contrôlent le taux d'hémoglobine (Hb) fœtale et l'association à une alpha-thalassémie, qui améliore l'hémolyse et l'anémie. Les crises, les syndromes thoraciques, les ostéonécroses surviennent davantage chez les moins anémiques tandis que ceux avec hémolyse intense sont exposés au risque d'artériopathie cérébrale, ulcères cutanés, priapisme, atteinte rénale et hypertension pulmonaire via une réduction de la biodisponibilité du NO. Devant une crise, hydratation et oxygénation offrent la possibilité d'une certaine réversibilité, mais la transfusion permet de juguler les crises sévères. L'hydroxyurée permet de réduire significativement la fréquence des crises et d'autres médicaments semblent prometteurs. Néanmoins, seule la greffe allogénique permet la guérison de la drépanocytose mais la thérapie génique se révèle également très prometteuse.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Drépanocytose, Gènes alpha, Bêta-haplotypes, Déficit en G6PD, HbF, Anémie, Hémolyse, Vaso-occlusion, BCL11A


Plan


© 2020  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Syndromes thalassémiques
  • M. de Montalembert, J.-A. Ribeil
| Article suivant Article suivant
  • Drépanocytose de l'adulte
  • F. Lionnet, K. Stankovic-Stojanovic, R. Girot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.