Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Place des anticoagulants oraux directs dans la prise en charge de la maladie thromboembolique veineuse associée au cancer en 2020 - 04/04/20

The role of direct oral anticoagulants in the management of cancer-associated thrombosis in 2020

Doi : 10.1016/j.bulcan.2020.02.010 
Claire Auditeau 1, Alexis Talbot 2, Adeline Blandinières 3, 4, David M. Smadja 3, 4, Nicolas Gendron 3, 4,
1 AP–HP, université de Paris, Hôpital Necker-Enfants Malades, laboratoire d’hématologie, Paris, France 
2 AP–HP, université de Paris, Hôpital Saint-Louis, service d’immuno-hématologie clinique, 75010 Paris, France 
3 Université de Paris, Innovative Therapies in Haemostasis, Inserm, 75006 Paris, France 
4 AH–HP, Hôpital européen Georges Pompidou, service d’hématologie biologique et laboratoire de recherches biochirurgicales (fondation Carpentier), 75015 Paris, France 

Nicolas Gendron, AH–HP, Hôpital européen Georges Pompidou, service d’hématologie biologique et laboratoire de recherches biochirugicales (fondation Carpentier), 75015 Paris, France.AH–HP, Hôpital européen Georges Pompidou, service d’hématologie biologique et laboratoire de recherches biochirugicales (fondation Carpentier)Paris75015France
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le samedi 04 avril 2020

Résumé

Les anticoagulants oraux directs, anti-IIa ou anti-Xa, sont largement utilisés dans le traitement et la prévention de la maladie thromboembolique veineuse ainsi que dans la fibrillation atriale non valvulaire. Ils sont caractérisés par une action rapide, prévisible et un intervalle thérapeutique large. Néanmoins, des interactions médicamenteuses théoriques existent puisque les anticoagulants oraux directs sont des substrats de la protéine de transport P-glycoprotéine et/ou de certains isoformes des cytochromes P450. Les anticoagulants oraux directs n’ont pas d’autorisation de mise sur le marché dans le traitement de la maladie thromboembolique veineuse associée au cancer à la différence des héparines de bas poids moléculaire qui restent le traitement de référence à ce jour. Néanmoins, de récentes études ont comparé les héparines de bas poids moléculaire aux anticoagulants oraux directs dans le traitement de la maladie thromboembolique veineuse associée au cancer. Les résultats de ces études suggèrent une non-infériorité des anticoagulants oraux directs dans la prévention des récidives d’événements thromboemboliques mais au prix d’un sur-risque hémorragique, notamment pour les patients atteints de cancers gastro-intestinaux ou urogénitaux. Ainsi, les recommandations internationales, à la différence des recommandations françaises, les intègrent en première ligne de la prise en charge thérapeutique des patients atteints de cancers. Nous rentrons certainement dans une aire de thérapeutique personnalisée de la maladie thromboembolique veineuse associée au cancer prenant en compte le type de cancer et également le risque théorique d’interactions médicamenteuses avec les traitements anti-cancéreux ou les soins de support.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Direct oral anticoagulants, anti-IIa or anti-Xa, are widely used in the treatment and prevention of venous thromboembolic disease as well as in nonvalvular atrial fibrillation. Direct oral anticoagulants are characterized by a rapid onset of activity, a predictable response and a relatively wide therapeutic window. Nevertheless, theoretical drug interactions exist since direct oral anticoagulants are substrates of the transport protein P-glycoprotein and/or of isoforms of cytochromes P450 pathway. Direct oral anticoagulants do not have a marketing authorization for the treatment of cancer-associated thrombosis unlike low-molecular-weight heparins which remain the gold standard treatment today. However, recent studies have compared low-molecular-weight heparins to direct oral anticoagulants in the treatment of cancer-associated thrombosis. Results of these studies showed a non-inferiority of direct oral anticoagulants in the prevention of recurrent thromboembolic events but at the cost of an increased hemorrhagic risk, in particular for patients with gastrointestinal and urogenital cancers. Thus, international guidelines, unlike French guidelines, integrate them in first line of the therapeutic strategy of cancer patients. We are certainly entering an era of personalized therapy for cancer-associated thrombosis, considering cancer type and also the theoretical risk of drug interactions with anti-cancer treatments or supportive care.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Anticoagulants oraux directs, Interactions médicamenteuses, Thrombose, Cancer

Keywords : Direct oral anticoagulants, Drug interaction, Thrombosis, Cancer


Plan


© 2020  Société Française du Cancer. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.