Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Déodorants et antitranspirants - 29/04/20

Deodorants and antiperspirants

Doi : 10.1016/j.annder.2020.01.003 
M.-C. Martini
 109, route de Limonest, 69380 Lissieu, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 9
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les termes déodorants et antitranspirants sont très souvent confondus alors que les mécanismes d’action des uns et des autres ainsi que les substances actives employées sont totalement différents. Il est certain que les antitranspirants sont obligatoirement déodorants par manque de substrat à décomposer. Ils représentent cependant un groupe de produits bien particulier qui génère des problèmes spécifiques par suite de la présence d’aluminium chlorhydrate ou ACH (Al2(OH)5Cl, 2 H2O), d’aluminium sesquichlorhydrate ou de complexe d’aluminium-zirconium entraînant après hydrolyse une acidification intense de la peau, d’où l’importance des émollients et des régulateurs de pH dans les formulations. Par ailleurs, l’aluminium par voie systémique est soupçonné d’être génotoxique et de promouvoir l’apparition de cancers du sein, engendrant ainsi de nombreuses controverses scientifiques. Or, son éventuelle toxicité par voie topique est liée à sa capacité de pénétration cutanée encore mal connue mais estimée très faible, ce qui peut rassurer sur son utilisation dans les produits cosmétiques. Son implication dans la maladie d’Alzheimer n’a pas été prouvée. En revanche, les sels de zirconium sont considérés comme toxiques et partiellement réglementés en Europe. Les problèmes posés par les déodorants sont ceux de la présence d’antiseptiques (triclosan, acide usnique) pouvant induire des résistances bactériennes mais plus sûrement la présence de dermatites axillaires dues au potentiel allergène des constituants de parfums et des huiles essentielles (isoeugénol, citronellal, lyral, aldéhyde cinnamique, etc.).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

The terms deodorants and antiperspirants very frequently used interchangeably despite the fact that they employ completely different active substances and mechanisms of action. Antiperspirants are necessarily deodorants due to the lack of substrate to decompose. They nevertheless represent a group of very specific substances that create particular problems due to the presence of aluminium chlorohydrate, or ACH, (Al2(OH)5Cl, 2H2O), aluminium sesquichlorohydrate and aluminium-zirconium complex, which, after hydrolysis, causes intense acidification of the skin, hence the importance of inclusion of emollients and pH regulators in formulations. Moreover, systemic aluminium is thought to be genotoxic and to promote breast cancer, and it is thus at the centre of numerous scientific controversies. Nevertheless, its potential toxicity following topical application is related to its ability to penetrate skin, which is as yet poorly understood but considered very low, a fact that may provide some degree of reassurance regarding its use in cosmetic products. Its role in Alzheimer's disease has not been proven. On the other hand, zirconium salts are considered toxic and are partly regulated in Europe. The problems associated with deodorants are those arising from the presence of antiseptics (triclosan, usnic acid) capable of inducing bacterial resistance, but more particularly, the presence of axillary dermatitis due to the allergenic potential of the fragrances and essential oils used (e.g. isoeugenol, citronellal, lyral, cinnamic aldehyde, etc.).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Déodorant, Antitranspirant, Aluminium chlorhydrate, Complexe aluminium-zirconium, Triclosan, Antiseptiques

Keywords : Deodorant, Antiperspirant, Aluminium chlorohydrate, Aluminium-zirconium complex, Triclosan, Antiseptics


Plan


 Cet article est paru initialement dans l’EMC (Elsevier Masson SAS, Paris), EMC–Cosmétologie et Dermatologie esthétique 2017;12(1):1-7. https://doi.org/10.1016/S0000-0000(10)51028-3. [Article 50-160-E-10]. Nous remercions la rédaction de l’EMC - Cosmétologie et Dermatologie esthétique pour son aimable autorisation de reproduction.


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 147 - N° 5

P. 387-395 - mai 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Leishmaniose sublinguale pseudotumorale à Leishmania infantum
  • O. Hocar, M. Aboudourib, N. Akhdari, A. Hamdaoui, T. Mouttaki, M. Soussi, S. Chiheb, S. Amal, M. Riyad
| Article suivant Article suivant
  • Mucocèles récurrentes superficielles du palais
  • E. Vigarios, V. Sibaud

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.