Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Néoformations intracrâniennes : gliomes de grade II - 14/05/20

[17-210-B-20]  - Doi : 10.1016/S0246-0378(20)42749-6 
A. Darlix, Docteur en médecine, PhD, neuro-oncologue a, d, V. Rigau, Docteur en médecine, PhD, pathologiste b, d, H. Duffau, Docteur en médecine, PhD, neurochirurgien c, d,
a Département d'oncologie médicale, Institut du cancer de Montpellier, Université de Montpellier, 208, avenue des Apothicaires, 34298 Montpellier cedex 5, France 
b Département d'anatomopathologie, Hôpital Gui-de-Chauliac, CHU de Montpellier, 80, avenue Augustin-Fliche, 34295 Montpellier cedex 5, France 
c Département de neurochirurgie, Hôpital Gui-de-Chauliac, CHU de Montpellier, 80, avenue Augustin-Fliche, 34295 Montpellier cedex 5, France 
d Inserm U1191, Équipe « plasticité cérébrale, cellules souches et tumeurs gliales », Institut de génomique fonctionnelle, 141, rue de la Cardonille, 34094 Montpellier cedex 5, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Les gliomes diffus de bas grade, ou gliomes de grade II selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), représentent un sous-groupe de tumeurs cérébrales primitives rares et hétérogènes, qui affectent le plus souvent des patients jeunes menant une vie normale jusqu'à la survenue d'une crise d'épilepsie inaugurale. En imagerie par résonance magnétique conventionnelle, ces tumeurs apparaissent comme une masse mal limitée, généralement assez homogène, touchant la substance blanche et la substance grise, en hyposignal sur les séquences en T1 et hypersignal sur les séquences en T2. Diverses altérations moléculaires identifiées au cours des 20 dernières années, notamment la mutation du gène de l'isocitrate déshydrogénase et la codélétion 1p19q (associée aux oligodendrogliomes), ont été intégrées en 2016 dans la nouvelle classification de l'OMS. La meilleure connaissance de l'histoire spontanée de ces gliomes, à savoir la croissance continue, l'infiltration le long des faisceaux de substance blanche et l'évolution inéluctable vers une gliome malin - menaçant ainsi les pronostics fonctionnel et vital - associée à une diminution des risques d'effets secondaires liés aux traitements (notamment à la chirurgie), a transformé la stratégie abstentionniste « traditionnelle » en une attitude résolument thérapeutique. Le but est dorénavant de tendre vers l'élaboration de prises en charge dynamiques et adaptées à chaque patient, à savoir de déterminer l'ordre et le moment de chacun des traitements (première voire multiples exérèses chirurgicales les plus larges possibles, première voire multiples lignes de chimiothérapie, radiothérapie) en fonction de l'évolution tumorale (mesurée sur les imageries par résonance magnétique régulières de contrôle), de l'état clinique et neuropsychologique du patient, de la biologie tumorale, ainsi que de l'anatomie fonctionnelle cérébrale individuelle (étudiée par les méthodes de cartographie, et susceptible de se remodeler grâce aux mécanismes de neuroplasticité), afin d'éviter la transformation maligne le plus longtemps possible tout en préservant la qualité de vie. Une telle approche pluridisciplinaire dans le cadre de cette maladie cérébrale chronique permet de donner un véritable avenir aux patients porteurs de gliomes diffus de bas grade, avec la possibilité de concevoir des projets à long terme sur le plan socioprofessionnel ou familial.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Gliomes diffus de bas grade, Chirurgie, Chimiothérapie, Radiothérapie, Qualité de vie, Biologie moléculaire


Plan


© 2020  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Examens cytologique, histologique, immunohistochimique et génétique des tumeurs du système nerveux central
  • F. Forest, C. Bouvier, A. Maues de Paula, D. Figarella-Branger
| Article suivant Article suivant
  • Gliome de haut grade : astrocytome anaplasique et glioblastome
  • A. Benouaich-Amiel, I. Catalaa, V. Lubrano, E. Cohen-Jonathan Moyal, E. Uro-Coste

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.