Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Kinsey, psychoanalysis and the theory of sexuality - 19/05/20

Doi : 10.1016/j.sexol.2020.03.005 
J. Escoffier
 Brooklyn Institute for Social Research, 68 Jay Street, #308, Brooklyn, NY 11201, United States 

Summary

In this paper, I will take up questions about the historical epistemology of sex research and the theory of sexuality, and about the impact of Kinsey's epistemological break with sexology and the Freudian theory of sexuality — and of the damaging results for both Freudian theory and Kinsey's research program. The Kinsey Reports challenged the cognitive order of the field of research on sexuality in general and as a “discipline”. Such a state, according to Thomas Kuhn, often marks the start of a scientific revolution and leads to a process of rebuilding and the formulation of dramatically new theoretical and empirical approaches, thus issuing in a new dominant paradigm. This did not take place in the wake of the Kinsey Reports. Original psychoanalytic thinking about sexuality virtually stopped, and while Kinsey was seen as the successor of ‘empirical sexology’ a la Havelock Ellis, few if any of his analytical innovations (such as the measurable concept of sexual outlet, the ‘Kinsey’ interview, and the Kinsey scale) were adopted by his successors. The Kinsey approach not only failed to replace Freudian theory with any sophisticated theory of its own, but it also failed to establish a viable research tradition or a more robust empirical account of the individual's sexual behavior. The encounter between the Freudian paradigm and the Kinsey research program had severely damaged both sides. Neither side seemed to recognize that the basic incommensurability of the two approaches was the real scientific challenge.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Epistemology, Incommensurability, Paradigm, Sexology, Psychoanalysis, Theory of sexuality


Plan


 La version en français de cet article, publiée dans l’édition imprimée de la revue, est également disponible en ligne https://doi.org/10.1016/j.sexol.2020.03.004.


© 2020  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 29 - N° 2

P. e35-e42 - avril 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Kinsey, la psychanalyse et la théorie de la sexualité
  • J. Escoffier
| Article suivant Article suivant
  • La profession de sexologue en France en 2019 : résultats préliminaires d’une enquête nationale
  • A. Giami, S. Michaels

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.