Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Lithiase urinaire de l'enfant - 09/06/20

[4-084-C-70]  - Doi : 10.1016/S1637-5017(20)84985-0 
A. Bertholet-Thomas a, , J. Bacchetta b, c, L. Dubourg a, d, C. Machon e, f, C. Roger e, D. Demède g, P. Cochat a, c, S. Lemoine a, d
a Centre de référence des maladies rénales rares - Néphrogones - Filière ORKiD (Orphan Kidney Diseases), Hôpital Femme-Mère-Enfant, 32, avenue Doyen-Jean-Lépine, 69500 Bron, France 
b Centre de référence des maladies rares du calcium et du phosphate, Filière OSCAR (maladies rares de l'os, du calcium et du cartilage), Hôpital Femme-Mère-Enfant, 32, avenue Doyen-Jean-Lépine, 69500 Bron, France 
c Faculté de médecine Lyon Est, Université Lyon 1, 69008 Lyon, France 
d Néphrologie, dialyse, hypertension et exploration fonctionnelle rénale, Groupement hospitalier Édouard-Herriot, Hospices civils de Lyon, 5, place d'Arsonval, 69003 Lyon, France 
e Laboratoire de biochimie, Centre hospitalier Lyon Sud, Hospices civils de Lyon, 165, chemin du Grand-Revoyet, 69495 Pierre-Bénite cedex, France 
f Institut des sciences pharmaceutiques et biologiques (ISPB), Faculté de pharmacie, Université Lyon 1, 6, avenue Rockefeller, 69008 Lyon, France 
g Centre constitutif des malformations rares des voies urinaires, Urologie pédiatrique, Hôpital Femme-Mère-Enfant, 32, avenue Doyen-Jean-Lépine, 69500 Bron, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Les lithiases de l'enfant présentent à l'heure actuelle une incidence en constante augmentation et des modifications morphoconstitutionnelles, en particulier dans les pays développés. Leur formation est multifactorielle en lien avec un déséquilibre entre promoteurs et inhibiteurs de la cristallisation, associé le plus souvent à une sursaturation cristalline par défaut de diurèse. La majorité des lithiases reste secondaire à des facteurs environnementaux ou infectieux, en particulier chez l'enfant de moins de 5 ans avec une prédominance masculine. Mais environ 10 % d'entre elles sont liés à des causes génétiques monogéniques. Ces maladies lithiasiques héréditaires sont le plus souvent des pathologies autosomiques récessives rares, sévères, précoces et pouvant se compliquer d'insuffisance rénale chronique. Tout l'enjeu est de les identifier au sein des autres étiologies. Ainsi un bilan complet est indispensable devant tout premier épisode lithiasique chez l'enfant comprenant l'analyse morphoconstitutionnelle du calcul, la cristallurie et un bilan biologique de débrouillage. Selon les résultats, des explorations fonctionnelles peuvent être proposées afin d'orienter le diagnostic et guider l'étude génétique en particulier pour les lithiases oxalocalciques. Le bilan radiologique se limite chez l'enfant à l'échographie rénale et des voies urinaires associée à un abdomen sans préparation si nécessaire, permettant de diagnostiquer et de suivre l'évolution des calculs. Les étiologies sont multiples. Les lithiases d'oxalate de calcium sont actuellement les plus nombreuses et en augmentation, devant les lithiases de phosphate de calcium. La cystinurie représente environ 5 % des lithiases de l'enfant. Les lithiases d'acide urique demeurent très rares comparativement aux adultes et peuvent être secondaires à des causes génétiques. La prise en charge médicale repose sur l'hyperhydratation systématique associée à des mesures spécifiques selon l'étiologie. La prise en charge urologique peut s'avérer complexe. Les chirurgies ouvertes sont à limiter au maximum au profit des lithotripsies extracorporelles et des techniques endoscopiques selon le gabarit de l'enfant.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Lithiases urinaires, Cristallurie, Classification morphoconstitutionnelle, Test de charge calcique, Hypercalciurie, Hyperoxalurie, Cystinurie, Acide urique


Plan


© 2020  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Néphrocalcinose de l'enfant
  • C. Monet-Didailler, J.-F. Chateil, A. Godron-Dubrasquet, J. Harambat
| Article suivant Article suivant
  • Syndrome hémolytique et urémique chez l'enfant
  • C. Loirat

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.