Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Vitamine « D » : « dérives » sur sa « diversité » - 20/06/20

Vitamin “D”: “Drifts” on its “diversity”

Doi : 10.1016/j.mmm.2020.01.002 
Louis Monnier 1, , Jean-Louis Schlienger 2, Claude Colette 1, Serge Halimi 3
1 Université de Montpellier, institut universitaire de recherche clinique, Montpellier, France 
2 Université de Strasbourg, faculté de médecine, Strasbourg, France 
3 Université Grenoble Alpes, faculté de médecine, Grenoble, France 

Louis Monnier, Institut universitaire de recherche clinique, 341, avenue du Doyen-Giraud, 34093 Montpellier cedex 5, France.Institut universitaire de recherche clinique341, avenue du Doyen-GiraudMontpellier cedex 534093France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 6
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La principale fonction de la vitamine D est de réguler le métabolisme phosphocalcique après la fixation de son métabolite actif, la 1,25(OH)2D, sur son récepteur nucléaire spécifique, le VDR. Pendant les dernières décennies, de nombreuses fonctions physiologiques n’ayant aucun rapport avec le calcium et le tissu osseux ont été attribuées à la vitamine D, et il a été estimé que le VDR peut réguler l’expression de quelques 500 gènes répartis dans plusieurs tissus et organes aussi variables que les systèmes immunitaires, nerveux, cardiovasculaires, intestinaux et endocriniens. Pour cette raison, des supplémentations vitaminiques ont été proposées pour prévenir ou traiter une grande diversité de maladies, comme les affections cardiovasculaires, des cancers, et les états diabétiques. L’utilisation du dosage plasmatique de la 25(OH)D comme marqueur de carence vitaminique a contribué à ces supplémentations, car son taux est mal défini et sujet à des variations saisonnières ou géographiques et à des discordances entre laboratoires. Pour évaluer l’opportunité de ces supplémentations, des essais interventionnels ont été entrepris. La plupart d’entre eux ont donné des résultats peu convaincants, et des chercheurs ont émis des doutes sur la justification de telles supplémentations. En ce qui nous concerne, nous n’avons jamais pensé que ces stratégies thérapeutiques étaient utiles et nous ne fumes nullement surpris par la publication récente des résultats négatifs secondaires à des essais contrôlés randomisés. Tous démontrèrent que les supplémentations vitaminiques à des doses légèrement supraphysiologiques pendant plusieurs années étaient inefficaces en termes de réduction du risque d’évènements cardiovasculaires, de cancers, et de diabète de type 2. Étant donné que les résultats cliniques étaient identiques dans les groupes placebo et interventionnel, il est possible de conclure que les suppléments en vitamine D devraient être strictement limités aux personnes ayant une carence avérée et à celles ayant une maladie en rapport avec le métabolisme phosphocalcique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

The main function of vitamin D is to regulate both the calcium and phosphorus metabolism through the binding of its active metabolite, the 1,25(OH)2D, on its cognate nuclear receptor, the VDR. During the latest past decades, many physiologic functions unrelated to calcium and bone were attributed to vitamin D, and it was estimated that the VDR can regulate the expression of as many as 500 genes distributed in several tissues and organs as different as the immune, nervous, cardiovascular, intestinal, and endocrine systems. Consequently, the vitamin D supplementations were proposed to prevent and treat a large panel of diseases including cardiovascular disorders, cancers, and diabetes states. The use of plasma 25(OH)D determinations as marker of vitamin deficiency has contributed to these supplementations because its circulating levels have never been clearly defined and remain subject to seasonal and geographical fluctuations and between-laboratory discrepancies. To evaluate the timeliness of these supplementations, short interventional trials were undertaken. However, most were poorly convincing, and some researchers have raised the question as to whether such supplementations were or not justified. Nor did we think such therapeutic strategies useful and thus we were not surprized by the negative results observed in several recently published randomized controlled trials. All were converging to demonstrate that supplementations with vitamin D at slightly supraphysiological doses over several years were inefficient for reducing the risk for cardiovascular events, cancers, and type 2 diabetes. As clinical outcomes did not differ between the interventional and placebo groups, the conclusion is that supplements with vitamin D should be strictly limited to persons exhibiting overt deficiency in their vitamin status and to those with diseases related to the calcium phosphorus metabolism.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Vitamine D, Mythes, Réalités

Keywords : Vitamin D, Myths, Realities


Plan


© 2020  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 14 - N° 4

P. 314-319 - juin 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Former des professionnels de santé en éducation thérapeutique du patient (ETP) en partenariat avec des patients. Une expérience en stomathérapie
  • Laurence Lataillade, Monique Chambouleyron, Manuela Garcia, Sylvie Wibaut, Valentin Moix, Aline Lasserre Moutet
| Article suivant Article suivant
  • À propos de l’expérience belge avec les inhibiteurs des SGLT2
  • André J. Scheen

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.