Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prise en charge d’une conjonctivite vernale de l’adulte par Xolair ® (Omalizumab) - 29/07/20

Doi : 10.1016/j.reval.2020.02.119 
L. Boustany 1, , P. Bouschon 1, R. Mouchel 2, B. Ben-Said 1
1 Service de dermatologie, hôpital Edouard Herriot, Lyon, France 
2 Service d’ophtalmologie, hôpital Edouard Herriot, Lyon, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Peu de cas de conjonctivite vernale sont rapportés, et ils concernent la plupart du temps des cas pédiatriques avec comorbidités atopiques. Le traitement comprend les larmes artificielles et les collyres antihistaminiques et immunosuppresseurs. En cas d’échec thérapeutique et dans les formes très sévères peu de solutions existent à ce jour. Nous rapportons l’efficacité de l’Omalizumab dans un cas de conjonctivite vernale réfractaire sévère.

Méthodes

Un adulte de 24 ans présentait une conjonctivite vernale chronique en échec des traitements immunosuppresseur (cyclosporine collyre 2 %) et antihistaminique topiques bien conduits. Elle était compliquée d’une néo-vascularisation diffuse, d’un abcès cornéen et d’une kératite ponctuée superficielle bilatérale. Aucun traitement systémique n’avait été utilisé. Le patient n’avait pas d’asthme ni de dermatite atopique, mais une rhinite allergique perannuelle sévère. Les IgE totales étaient basses à 112 kU/l. Les IgE spécifiques D. pteronyssinus et D. farinae étaient à respectivement 59,9 kU/l et 35,3 kU/l. Un traitement par Omalizumab (300mg/15jours) était introduit, associé à la poursuite du traitement topique.

Résultats

Apres la première injection une amélioration du prurit oculaire était notée. Au bout de 6 mois de traitement, la photophobie, les papilles géantes, la kératite ponctuée superficielle, la néovascularisation et le prurit oculaire avaient entièrement régressé. L’acuité visuelle était aussi améliorée malgré l’arrêt des traitements topiques passant de 4/10 à 10/10 sur l’œil droit et 2/10 à 4/10 sur l’œil gauche. La tolérance de l’Omalizumab était excellente.

Conclusion

Nous rapportons l’efficacité de l’Omalizumab dans la conjonctivite vernale sévère. L’absence d’IgE totales augmentée pourrait suggérer un mécanisme d’action indépendant du blocage de la signalisation IgE. Notre cas suggère une réponse retardée au traitement rendant nécessaires au moins 3 mois de traitement avant de juger de l’efficacité. L’Omalizumab pourrait constituer un traitement alternatif efficace de la conjonctivite vernale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 60 - N° 4

P. 342 - juin 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Nouvel acronyme pour les IPP : interrogatoire Policier Précis !
  • C. Le Thai, A. Soria, A. Barbaud
| Article suivant Article suivant
  • Efficacy of Omalizumab in extracutaneous symptoms on CSU
  • A. Belbezier, I. Boccon-Gibod, L. Bouillet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.