Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Rire de soi : étude d’un Moi contorsionniste - 08/08/20

Laughing at ourselves: A study of the Contortionist Ego

Doi : 10.1016/j.evopsy.2020.04.005 
Mansuy Colin  : Psychologue clinicien, Jean-Michel Vives : Professeur de psychologie clinique et pathologique, Psychanalyste
 LAPCOS (EA 7278), Université Côte d’Azur, UCA, Campus Carlone, 98, boulevard Herriot, 06204 Nice, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 8
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

Cet article vise à approfondir notre compréhension de l’attitude humoristique à travers le prisme de l’humoriste lorsque celui-ci se prend pour objet.

Méthode

En prenant appui sur le texte intitulé l’Humour (1927), nous commencerons par discuter le problème de l’étrange surmoi qui apparaît, sous la plume de Freud, particulièrement conciliant et rassurant. Nous proposerons alors de résoudre ce paradoxe en replaçant le Moi au centre du processus. Cette variation sera l’occasion, au travers d’un exemple personnel, de cerner de quelle manière le Moi en vient à se considérer lui-même comme objet d’une perception humoristique.

Résultat

Il apparaît que la capacité à rire de soi dépend davantage de l’habilité du Moi à faire avec l’agression surmoïque que de la qualité du Surmoi en lui-même. Face à une injonction surmoïque sidérante, le Moi consent à la cassure. Cependant, en faisant exister conjointement deux états différents, il devient capable d’en percevoir l’éventuelle différence comique. Ce mécanisme psychique fait ainsi de l’humour un des rares outils susceptibles de nous faire entendre une réalité dérangeante tout en permettant au Moi un gain narcissique.

Discussion

De manière plus générale, il apparaît que l’humour est un moyen particulièrement approprié d’harmoniser un bref instant les revendications, non seulement du Moi et du Surmoi, mais également du Ça et de la réalité extérieure.

Conclusion

En accord avec la conception freudienne, la capacité à se considérer soi-même avec humour pourrait bien être un des moyens les plus élaborés de permettre une maturation psychique importante sans pour autant négliger les aspects douloureux de la réalité extérieure.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objective

This article aims to deepen our understanding of the humorous attitude by looking at the humorist who laugh at himself.

Method

By building on Freud's short text Humor (1927), we will first discuss the problem of the Superego, which Freud here describes as particularly conciliatory and reassuring. We will then attempt to overcome this paradox by shifting our focus to the Ego. By using a personal example, we will describe the mechanisms that allow the Ego to consider itself as the object of a humorous perception.

Results

It appears that the ability to laugh at ourselves relies more on the Ego's capacity to deal with the Superego's aggression than on the intrinsic qualities of the Superego itself. In response to a powerful injunction from the Superego, the Ego consents to split into pieces. However, by simultaneously maintaining two different states of being, it also becomes able to perceive the potentially comical gap between its two forms. The psychic mechanism of humor would be one of the rare tools that allows us to become aware of an upsetting reality without a narcissist loss for the ego.

Discussion

Generally speaking, it appears that humor could be a particularly appropriate way of temporarily harmonizing the claims of the Ego, the Superego, the Id, and external reality.

Conclusion

Consistent with Freud's ideas, the ability to consider ourselves with humor could be one of the most elaborated paths to psychic growth, which nevertheless does not neglect the painful aspects of external reality.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Humour, Moi contorsionniste, Rire de soi, Seconde topique, Surmoi, Psychanalyse

Keywords : Humor, Contortionist Ego, Laughing at ourselves, Second topography, Superego, Psychoanalysis


Plan


 Toute référence à cet article doit porter mention : Colin M, Vives JM. Rire de soi : étude d’un Moi contorsionniste. Evol psychiatr. 2020; 85 (3): pages (pour la version papier) ou adresse URL [date de consultation] (pour la version électronique).


© 2020  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 85 - N° 3

P. 399-406 - août 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Spécificités des dispositifs thérapeutiques à médiation « jeu vidéo » : vers une évaluation qualitative
  • Johann Jung, Guillaume Gillet
| Article suivant Article suivant
  • Clinique des expériences de mort imminente : du vécu agonistique aux formes extrêmes de symbolisation
  • Thomas Rabeyron, Anna Bergs

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.