Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Diabète et corticoïdes : nouveautés et aspects pratiques - 09/08/20

Corticosteroid-induced diabetes: Novelties in pathophysiology and management

Doi : 10.1016/j.revmed.2020.05.007 
M. Bastin, F. Andreelli
 CHU Pitié-Salpêtrière, Service de diabétologie-métabolismes, Assistance Publique Hôpitaux de Paris, Sorbonne Université, Paris, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le Sunday 09 August 2020
Cet article a été publié dans un numéro de la revue, cliquez ici pour y accéder

Résumé

La survenue de diabètes induits ou aggravés par les corticoïdes est une situation clinique fréquente qui nécessite parfois un traitement urgent comme l'initiation de l'insulinothérapie. Les corticoïdes induisent une insulinorésistance au niveau du foie, de l'adipocyte et du muscle squelettique ainsi qu'une altération directe de la sécrétion d'insuline. Le développement d'une insulinorésistance et l'absence d'augmentation de l'insulinosécrétion sont des facteurs clefs dans la physiopathologie du diabète induit ou aggravé par les corticoïdes. Parce que le défaut d'adaptabilité de la cellule β pancréatique est en grande partie génétiquement déterminé, les antécédents familiaux de diabète (en particulier de type 2) constituent un facteur de risque important de diabète cortico-induit. Le plus souvent, la corticothérapie est utilisée à forte dose puis diminuée jusqu'à la dose minimale capable de contrôler la pathologie. Le risque de dysglycémie et son intensité vont varier en fonction de la dose et de la durée de la corticothérapie lors de ces ajustements thérapeutiques. Une prise en charge médicamenteuse du diabète est nécessaire en particulier lorsque les glycémies dépassent ≥ 2,16 g/l (12 mmol/l) à plusieurs reprises. L'insulinothérapie est le plus souvent nécessaire lorsque les glycémies dépassent 3,6 g/l (20 mmol/l) avec des symptômes cliniques. Celle-ci pourra néanmoins être relayée ultérieurement par des antidiabétiques oraux lors de la décroissance parallèle des glycémies et de la dose de corticoïdes. Le patient sera éduqué de façon similaire à toute autre forme de diabète en particulier concernant le risque d'hypoglycémie lors de la décroissance et du sevrage de la corticothérapie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Diabetes frequently occurs during corticosteroid treatment, sometimes necessitating urgent therapeutic management, with insulin for example. Corticosteroids induce insulin resistance in the liver, adipocytes and skeletal muscle, and have direct deleterious effects on insulin secretion. The development of insulin resistance during corticosteroid treatment, and the insufficient adaptation of insulin secretion, are key elements in the pathophysiology of corticosteroid-induced diabetes. The capacity of pancreatic β-cells to increase insulin secretion in response to insulin resistance is partly genetically determined. A familial history of type 2 diabetes is, therefore, a major risk factor for diabetes development on corticosteroid treatment. Corticosteroid treatments are usually initiated at a fairly high dose, which is subsequently decreased to the lowest level sufficient to achieve disease control. Pharmacological management of diabetes is needed in patients with blood glucose levels exceeding 2.16 g/l (12 mmol/l) and insulin therapy can be started when blood glucose levels are higher than 3.6 g/l (20 mmol/l) with clinical symptoms of diabetes. Insulin can then be replaced with oral hypoglycemic compounds when both blood glucose levels and corticosteroid dose have decreased. Patient education is essential, particularly for the management of hypoglycemia when corticosteroids are withdrawn or their dose tapered.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Corticoïdes, Diabètes, Insulinorésistance, Insulinothérapie, Néoglucogenèse

Keywords : Corticosteroids, Diabetes, Insulin resistance, Insulin therapy, Neoglucogenesis


Plan


© 2020  Société Nationale Française de Médecine Interne (SNFMI). Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.