Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Résultats de la photothérapie dynamique dans le traitement des néovaisseaux sous-rétiniens secondaires aux nævi choroïdiens - 09/04/08

Doi : JFO-01-2008-31-1-0181-5512-101019-200800780 

J. Gambrelle [1],

M. Mauget Faÿsse [2],

M. Quaranta El-Maftouhi [2],

J.D. Grange [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Résultats de la photothérapie dynamique dans le traitement des néovaisseaux sous-rétiniens secondaires aux nævi choroïdiens

Introduction : Les nævi choroïdiens sont les tumeurs intraoculaires bénignes les plus fréquentes. A contrario, les néovaisseaux sous-rétiniens secondaires à ces nævi sont extrêmement rares. Cette étude a pour but d’analyser l’efficacité et l’innocuité de la photothérapie dynamique (PDT) pour le traitement des néovaisseaux sous-rétiniens secondaires aux nævi choroïdiens.

Patients et méthode : Nous avons mené une étude rétrospective incluant les cas de néovaisseaux sous-rétiniens développés au contact d’un nævus choroïdien et traités par PDT entre 1999 et 2005. La PDT a été réalisée suivant les protocoles utilisés pour traiter les néovaisseaux de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Le suivi post-PDT a été effectué suivant les mêmes modalités que dans le suivi des néovaisseaux de la DMLA. La surveillance des nævi a en outre été effectuée de façon trimestrielle.

Résultats : Six néovaisseaux sous-rétiniens associés à des nævi choroïdiens ont été inclus dans cette série. Tous les nævi étaient localisés au pôle postérieur. La médiane des diamètres tumoraux était de 3 mm. L’épaisseur tumorale était inférieure à 2 mm dans tous les cas. Les néovaisseaux étaient de type pré-épithélial « visible » dans 5 cas ; le dernier cas présentait un petit décollement vascularisé de l’épithélium pigmenté. Ils étaient de localisation rétrofovéolaire (2 cas), juxtafovéolaire (3 cas) ou extrafovéolaire (1 cas). Le néovaisseau était d’une taille inférieure ou égale à 1 diamètre papillaire dans la moitié des cas. En moyenne 3,3 sessions de PDT ont été nécessaires pour obtenir la stabilisation du néovaisseau en angiographie et à l’OCT. Le suivi moyen était de 35 mois. Aucun patient n’a été perdu de vue. Les résultats visuels étaient extrêmement variables. Les néovaisseaux rétrofovéolaires ou de grandes dimensions de même que les antécédents d’atrophie maculaire semblaient associés à un moins bon pronostic visuel. Aucune modification dimensionnelle des nævi n’a été observée.

Discussion/Conclusion : La survenue d’un néovaisseau choroïdien, rassurante du point de vue oncologique car considérée comme le reflet de la bénignité du nævus, marque néanmoins un tournant évolutif sur le plan fonctionnel. La PDT apparaît être une stratégie sûre et efficace pour le traitement des néovaisseaux sous-rétiniens secondaires aux nævi choroïdiens avec des résultats fonctionnels comparables à ceux obtenus dans les complications néovasculaires de la DMLA.

Abstract

Outcome of photodynamic therapy for subretinal neovascularization secondary to choroidal nevi

Introduction: Choroidal nevi are the most common benign intraocular tumors. However, the occurrence of subretinal neovascularization secondary to choroidal nevus is very rare. Our goal was to assess the efficacy and the safety of photodynamic therapy (PDT) for treatment of subretinal neovascularization related to choroidal nevi.

Patients and method: We conducted a retrospective study including subretinal neovascularization secondary to choroidal nevi treated by PDT from 1999 to 2005. PDT was performed according to the standard protocols used for treating neovascularization due to age-related macular degeneration (ARMD). Post-PDT follow-up was also done according to the guidelines used in ARMD. Moreover, tumors were followed up every 3 months.

Results: Six subretinal neovascularizations secondary to choroidal nevi were included in our study. All nevi were localized in the posterior choroids. The median diameter of tumors was 3mm and their thickness was less than 2mm in all cases. Subretinal neovascularizations were classic in five cases. The last case was a small vascularized pigment epithelium detachment. Locations were subfoveal in two cases, juxtafoveal in three cases, and extrafoveal in one case. In half the cases, the size of subretinal neovascularization was 1-disk-diameter or less. A mean of 3.3 sessions of PDT were necessary to obtain the stabilization of subretinal neovascularization on both fluorescein angiography and OCT. The average follow-up period was 35 months with no patients lost to follow-up. Visual outcomes were extremely variable. Large or subfoveal neovascularization but also a history of atrophic ARMD were related to worse functional results. No growth of the nevi was observed.

Conclusions: Subretinal neovascularization is reassuring from the oncologist’s point of view because it is considered a relative indicator of benignity of the nevus. However, it often marks a definitive turning point in visual function. PDT appears to be a safe and effective procedure for the treatment subretinal neovascularization secondary to choroidal nevus, with results similar to those observed in ARMD.


Mots clés : Nævus choroïdien , néovaisseau sous-rétinien , photothérapie dynamique

Keywords: Choroidal nevus , subretinal neovascularization , photodynamic therapy


Plan



© 2008 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 31 - N° 1

P. 31-35 - janvier 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation de l’efficacité du recul isolé de 12 mm du muscle oblique inférieur dans la paralysie congénitale du muscle oblique supérieur : étude rétrospective de 6 patients
  • B. Dufay-Dupar, M.-A. Espinasse-Berrod, J.-L. Dufier
| Article suivant Article suivant
  • Retinal detachment: visual acuity and subretinal immunoreactive endothelin-1
  • M. Roldán-Pallarés, A. Sadiq-Musa, R. Rollin, C. Bravo-Llatas, A. Fernández-Cruz, R. Fernández-Durango

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.