Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Congélation classique - 09/04/08

Doi : JGYN-10-2007-36-S2-0368-2315-101019-200801024 

D'après la communication de I. Galeraud-Denis,

C. Denoual-Ziad,

A. Benhaïm,

M. Herlicoviez

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

La congélation de l'embryon nécessite l'usage d'agents cryoprotecteurs pour préserver l'intégrité des cellules au cours du refroidissement à - 196 °C qui peut se faire soit lentement (congélation classique), soit très rapidement (vitrification).

Deux types de cryoprotecteurs sont utilisés : des agents intracellulaires hydrosolubles et des agents extracellulaires imperméables. La cinétique de refroidissement est essentielle à la réussite de la congélation nécessitant trois pentes successives de refroidissement : en particulier la deuxième (0,3 °C/min) la plus délicate correspondant à la phase de formation des cristaux. Un contrôle permanent doit être exercé durant toutes ces phases pour induire la formation de cristaux de glace (nucléation) ou un phénomène de surfusion.

Les agents cryoprotecteurs utilisés et les modalités de la congélation varient en fonction du stade de développement du futur embryon : stade zygote ou J1, stade embryonnaire ou J2-J3, stade blastocyste ou J5. Les meilleurs résultats de transfert après décongélation s'observent avec les embryons « top qualité », c'est-à-dire présentant quatre à cinq blastomères à J2 ou 7 blastomères à J3, avec un taux de fragmentation de moins de 20 % et une absence de multinucléation.

La qualité de l'embryon est un élément essentiel dans la réussite de la congélation. Les études portant sur les facteurs, tels que le stade embryonnaire, l'influence de l'inducteur lors des stimulations ovariennes, sont souvent contradictoires.

Malgré la grande disparité des résultats observés par FIVNAT 2004, la maîtrise correcte de la congélation lente peut donner des résultats similaires à ceux de la vitrification. Le choix du stade embryonnaire et de la technique doit dépendre de la pratique du laboratoire.

Abstract

Embryo freezing requires the use of cryoprotective agents to preserve the cells intact during cooling to -196 °C, which can be done either slowly (classical freezing) or very rapidly (vitrification).

Two types de cryoprotective agents are used: water-soluble intracellular agents and impermeable extracellular agents. The slow freezing protocol is carried out in three phases: three phases in particular the second phase (0.3°C/min) essential for the formation of ice crystal. All three phases should be permanently monitored to prevent ice crystal formation (nucleation) or a supercooling phenomenon.

The cryoprotective agents used and the freezing techniques vary depending on the developmental stage of the future embryo: zygote stage or day 1, embryo stage or day 2-3, and blastocyst stage or day 5. The best transfer results after thawing are observed with top-quality embryos, i.e., those that present four to five blastomeres on day 2 or seven or more blastomeres on day 3, with a fragmentation rate under 20 % and absence of multinucleation.

Embryo quality is an essential factor of freezing success. Variable conclusions have been described in studies about the choice of embryo stages or the nature of ovarian stimulation protocol. Despite the large variability of French results (FIVNAT 2004), a well controlled slow freezing technique can give similar results compared to vitrification process. The choice of embryo stage and/or freezing technique depends on the laboratory practice.


Mots clés : Agents cryoprotecteurs , Nucléation , Surfusion , Stimulation ovarienne , embryon

Keywords: Cryoprotective agents , Nucleation , Supercooling , Ovarian stimulation , Embryo


Plan



© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° SUP2

P. 39-43 - octobre 2007 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Avoir deux enfants successivement par assistance médicale à la procréation : mythe ou réalité ?
  • R. Frydman, E. Faivre, R. Fauchin, L. Hesters, M.-C. Bourrier, N. Achour-Frydman
| Article suivant Article suivant
  • Vitrification des ovocytes et des embryons : voie d'avenir
  • R.-C. Chian

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.