Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

PERM syndrome : savoir l’évoquer - 08/09/20

Doi : 10.1016/j.neurol.2020.01.292 
Fatima Ouchkat , H. Naciri Darai, A. Benomar, E. Ait Benhaddou, W. Regragui
 Neurologie b, hôpital des spécialités de Rabat, CHU Ibn Sina, Rabat, Maroc 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’encéphalomyélite progressive avec rigidité et myoclonie (PERM) est une encéphalopathie autoimmune rare, Nous rapportons un cas de PERM syndrome et discutons les principaux diagnostics différentiels qui peuvent faire errer le diagnostic.

Observation

Patient de 42 ans, jardinier de profession, ayant présenté depuis 2 mois un syndrome anxio-dépressif pour lequel il a été mis sous Sulpiride et Escitalopram. Le patient a été admis pour installation aiguë, depuis 2 semaines, d’une rigidité généralisée avec des spasmes indolores, des myoclonies stimuli-sensitives et une rétention urinaire. Le patient a été traité en réanimation comme tétanos vu l’urgence. Devant la non amélioration et la prédominance des myoclonies, le diagnostic a été redressé vers un PERM syndrome. L’IRM cérébrale était normale ainsi que le LCR. Les anticorps anti-GAD et les anticorps anti-récepteurs à la glycine (antiGlyR) étaient négatifs dans le sang et le LCR. Le patient a reçu un bolus de méthylprednisolone avec une bonne évolution. Le bilan paranéoplasique est revenu négatif.

Discussion

Devant l’association de rigidité généralisée et de spasmes douloureux, un tétanos, un syndrome malin des neuroleptiques et un syndrome sérotoninergique doivent être évoqué. La présence de myoclonies, de signes dysautonomiques, d’hyperekplexie et de signes psychiatriques doit attirer l’attention vers PERM.

Conclusion

Devant un tableau de rigidité et myoclonies il faut savoir évoquer PERM syndrome qui nécessite un traitement immunomodulateur et une recherche paranéoplasique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : PERM, Rigidité, Myoclonie


Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 176 - N° S

P. S103 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le test à la clonidine permet-il de différencier l‘atrophie multisystématisée d’une ataxie cérébelleuse tardive idiopathique ? Une étude prospective, contrôlée
  • Camille Bonnard, Thomas Wirth, Pauline Fahrer, Solveig Montaut, Odile Gebus, Christine Tranchant, Mathieu Anheim
| Article suivant Article suivant
  • La maladie d’Alexander à révélation adulte : une clinique variable mais des images IRM stéréotypées
  • Capucine Mouthon-Reignier, Yann Nadjar, Nadine Le Forestier, Didier Smadja, Martin Catala

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.