Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Condylomes à HPV et traitements de fond de la Sclérose en Plaques, à propos de 4 cas - 08/09/20

Doi : 10.1016/j.neurol.2020.01.334 
Simon Amaral 1, , Agnès Fromont 2, Roxana Arjmand 3,  Gwendoline Dupont 4, Thibault Moreau 1
1 Neurologie, Centre Hospitalier Universitaire de Dijon, Dijon 
2 Service de neurologie 2 “maladies inflammatoires du système nerveux et neurologie générale”, Centre Hospitalier Universitaire de Dijon, Dijon 
3 Neurologie, CHU Dijon, Dijon 
4 Neurologie, C.H.U (CHU) François Mitterand, Dijon 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le Fingolimod et le Diméthylfumarate sont des traitements de fond des formes récurrentes-rémittentes de la Sclérose en Plaques, responsables d’une lymphopénie et d’infections virales, en particulier du virus varicelle-zona.

Observation

Nous présentons 4 patients d’âge moyen 34,3 ans suivis pour Sclérose en Plaques de forme rémittente-récurrente, compliquées de condylomes à HPV sous traitement immunosuppresseur, sans antécédent connu d’infection à HPV. 3 étaient des patientes traitées par Fingolimod et présentaient une lymphopénie prolongée comprise entre 200 et 400/mm3. L’une a développé ces lésions après 6 ans de traitement immunosuppresseur, d’évolution favorable sous laser, cryothérapie, exérèse chirurgicale et arrêt du Fingolimod. Une réactivation des condylomes a été constatée après l’introduction du Tériflunomide. La seconde patiente a présenté des condylomes quelques mois après l’introduction du Fingolimod, nécessitant des ablations chirurgicales mensuelles. Une modification thérapeutique pour un anti-CD20 a entraîné une régression partielle des infections, avec ablation seulement trimestrielle. La troisième patiente a été suivie pour une condylomatose vulvo-périnéale, 5 ans après le début du Fingolimod, d’évolution favorable sous traitement médicamenteux local et laser. Enfin, nous rapportons le cas d’un patient ayant présenté des condylomes génitaux après quatre ans de traitement par Dimethylfumarate, sans lymphopénie. Ces condylomes ont été traités efficacement par Imiquimod et n’ont pas récidivé au maintien du traitement immunosuppresseur.

Discussion

Seulement 5 cas dans la littérature rapportent des infections cutanéo-muqueuses à HPV chez des patients atteints de Sclérose en Plaques et traités par Fingolimod, suggérant un risque plus élevé de cancers muqueux dans cette population de patients. La lymphopénie prolongée semble en être le principal mécanisme, même si nous n’avions pas objectivé d’anomalie lymphocytaire chez le patient traité par Dimethylfumarate.

Conclusion

La description de plusieurs cas d’infections à HPV parfois délabrantes fait soulever la question de la vaccination spécifique dans cette population, en prévention des cancers du col utérin et ORL.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Condylomes, HPV, Sclérose en Plaques


Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 176 - N° S

P. S121 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Cohorte française des syndromes radiologiques isolés (RIS) : quand ce n’est pas un RIS
  • Céline Callier, Céline Louapre, Françoise Durand-Dubief, Mikael Cohen, Guillaume Mathey, Lydiane Mondot, Lebrun-Frenay Christine, OFSEP, SFSEP, RISC
| Article suivant Article suivant
  • Tremblement au cours de la Sclérose en Plaques : Particularités et retentissement
  • Saloua Mrabet, Mariem Safia Ben Mahmoud, Amina Nasri, Amira Souissi, Mouna Djebara, Imen Kacem, Riadh Gouider

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.