Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

La neuro-optico-myélite, d’Eugène Devic à nos jours - 08/09/20

Doi : 10.1016/j.neurol.2020.01.004 
Romain Marignier 1, , Emmanuel Broussolle 2
1 Service sclérose en plaques, pathologies de la myéline et neuro-inflammation, Hospices Civils de Lyon, Lyon 
2 Neurologie, CHU de Lyon, hôpital Pierre-Wertheimer, Lyon 

Auteur correspondant.

Résumé

Eugène Devic (1858–1930) a fait ses études médicales et sa carrière à la faculté de médecine et aux hospices civils de Lyon. Il a été élève de Bouveret, puis chef de travaux dans le laboratoire d’anatomo-pathologique de Tripier. Il est devenu agrégé en 1892 et chef de service à orientation neurologique et épileptologique à l’Hôpital de la Croix-Rousse puis l’Hôtel-Dieu. Parmi ses travaux, citons plus particulièrement ceux sur la chorée infantile, la « psychose polynévritique », les complications psychiatriques de la typhoïde, les tumeurs cérébrales et la spasticité. L’œuvre neurologique d’Eugène Devic sera poursuivi par son fils, André Devic (1888–1977), et son petit-fils, Michel Devic (1919–1987), qui connaîtront l’un comme l’autre une belle carrière à Lyon, à la fois hospitalière et universitaire. Le nom d’Eugène Devic est reconnu internationalement pour sa description en 1894 de la « neuromyélite optique aiguë » (NMO). Le cas décrit par Devic concernait une femme de 45 ans présentant un tableau aigu de « neurasthénie », puis d’une neuropathie optique aiguë bilatérale, associée à une paraplégie avec troubles sensitifs et sphinctériens, d’évolution fatale. Cette entité, dénommée « maladie de Devic » à la suite de cette description, a fait l’objet de nombreuses recherches pendant plus d’un siècle pour tenter de la distinguer de la sclérose en plaques. Ce n’est que depuis le début des années 2000 que la NMO a pu être individualisée comme une maladie à part, d’origine auto-immune, suite à la découverte d’un anticorps spécifique de la maladie, l’anticorps anti-NMO ou anticorps anti-aquaporine 4. Cette découverte a ainsi conduit à une explosion de travaux cliniques et de recherche sur ce thème, aboutissant à la proposition en 2006 puis en 2015 de nouveaux critères diagnostiques et à la description de nouvelles formes cliniques et anatomiques, regroupées sous la dénomination de « spectre NMO ».

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Eugène Devic, Histoire, NMO


Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 176 - N° S

P. S131 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Augusta Klumpke-Dejerine, pionnière de la neurologie
  • Emmanuel Broussolle
| Article suivant Article suivant
  • Échanges plasmatiques et atteintes inflammatoires centrales
  • Ophélie Forster, Xavier Ayrignac, Clarisse Carra-Dallière, Mahmoud Charif, Tarik Kanouni, Pierre Labauge

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.