Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pathologies infectieuses et AVC - 08/09/20

Doi : 10.1016/j.neurol.2020.01.039 
Athanase Millogo
 Bobo-dioulasso, CHUSS - Centre Hôspitalier Universitaire Sourou Sanou, Bobo-Dioulasso, Burkina Faso 

Résumé

Les accidents vasculaires cérébraux représentent une cause importante de décès et de handicap dans le monde. Les facteurs de risque classiques seuls ne suffisent pas pour expliquer l’épidémiologie des AVC. La pathologie infectieuse apparaît comme une cause additionnelle et émergente d’importance croissante. Devant un AVC, la recherche des FRV classiques constitue avant tout la préoccupation du clinicien, l’étiologie infectieuse étant habituellement reléguée au second rang, d’autant plus que le tableau clinique est généralement polymorphe, faisant évoquer une méningo-encéphalite ou un processus pseudo-tumoral. Les infections du système nerveux central sont une cause potentiellement souvent sous-estimée d’accidents vasculaires cérébraux (AVC). De nombreux agents infectieux ont été impliqués comme cause d’AVC, par différents mécanismes. Si certaines de ces causes sont assez bien identifiées, le diagnostic de la cause infectieuse de l’AVC nécessite un haut degré de suspicion clinique, la présentation initiale de l’AVC étant difficile à distinguer des causes plus fréquentes d’AVC. Le plus souvent, une association des données anamnestiques, cliniques et de la neuro-imagerie, des tests biologiques sanguins et dans le liquide cérébrospinal est nécessaire pour déterminer la cause infectieuse sous-jacente. Parmi les causes infectieuses, la tuberculose est marquée par un déficit moteur d’installation insidieuse et dans laquelle la neuro-imagerie, en mettant en évidence les lésions dans des localisations particulières suggestives de l’étiologie tuberculeuse et l’analyse du LCR revêtent toute leur importance. La syphilis a longtemps été identifiée comme une cause d’AVC du sujet jeune, surtout en l’absence de facteurs de risque vasculaire classique. L’AVC ischémique est parfois une circonstance de découverte d’une neurocysticercose, parasitose fréquente dans les pays en développement. Depuis quelques années, l’infection par Helicobacter pylori semble être incriminée dans la survenue d’AVC ischémiques. L’infection, qui est aussi une complication fréquente au cours de l’AVC, survient le plus souvent chez les patients avec des infarctus étendus.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Pathologie tropicale, Infections, Accidents vasculaires cérébraux


Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 176 - N° S

P. S144 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Frontal ou “Frontal” ? Formes comportementales de DFLT
  • Florence Lebert, Catherine Thomas-Antérion
| Article suivant Article suivant
  • AVC et fibrillation auriculaire : expérience d’un centre en Afrique subsaharienne
  • Yacouba N. Mapoure

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.