Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Étude de l’impact du diabète sur les potentiels évoqués auditifs du tronc cérébral - 08/09/20

Doi : 10.1016/j.neurol.2020.01.178 
Kchaou Khouloud 1, Leila Triki 2, , Haddar Asma 3, Zouari Hela 2, Sana Ben Jemea 4, Kammoun Ines 5, Masmoudi Kaouther 3
1 Explorations fonctionnelles, hôpital Habib Bourguiba, Sfax, Tunisie 
2 Physiologie et explorations fonctionnelles, CHU Habib Bourguiba, Sfax, Tunisie 
3 Physiologie et explorations fonctionnelles, hôpital Habib Bourguiba, Sfax, Tunisie 
4 Service d’explorations fonctionnelles, CHU Habib Bourguiba, Sfax, Tunisie 
5 Service des explorations fonctionnelles, hôpital universitaire Habib Bourguiba, Sfax, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le diabète est une maladie multisystémique, au cours de laquelle l’atteinte auditive est souvent rapportée dont seulement quelques études s’y sont intéressées montrant que l’atteinte périphérique et centrale s’y rejoignent.

Objectifs

Démontrer l’impact du diabète sur les paramètres du potentiel évoqué auditifs précoces (PEAp) chez des patients appariés selon l’âge et le seuil auditif.

Patients et méthodes

C’est une étude rétrospective colligeant 29 PEAp d’oreilles d’adultes hypoacousiques. Les PEAp des oreilles des diabétiques et non diabétiques sont représentés respectivement aux groupes G1 (n=6) et G2 (n=23). Les réponses sont obtenues à 90db. Les patients sont appariés en âge (>44 ans, p>0,05). Le seuil auditif était comparativement pareil entre G1 et G2. Le test-t de student (montrant une égalité de variances entre G1 et G2) et le test de Mann-Whitney étaient utilisés.

Résultats

Le sex-ratio était de 0,9 (F/M). La moyenne de la latence de l’onde I (G1 : 1,8±0,2ms vs G2 : 1,6±0,2ms) et des intervalles III–V (G1 : 2,09±0,15ms vs G2 : 1,93±0,15ms) et I–V (G1 :4,39±0,22ms vs G2 :4,05±0,22ms) étaient significativement plus allongées chez G1 respectivement (p=0,002, p=0,022 et p=0,014). La moyenne de l’intervalle I-III n’a pas montré une différence significative entre G1 et G2 avec p=0,071.

Discussion

Une latence de l’onde I plus allongée pour les diabétiques dénoterait d’une atteinte de l’oreille périphérique et du nerf auditif. Les atteintes nerveuses centrales chroniques au cours du diabète sont rarement rapportées, c’est cependant ce qui a été démontré par l’allongement significatif des intervalles III-V et I-V. Le petit échantillon utilisé aurait probablement influencé le résultat pour l’intervalle I-III.

Conclusion

Les microangiopathies secondaires aux perturbations métaboliques causeraient ce dysfonctionnement qui s’est reflété par une atteinte du système nerveux périphérique souvent décrite avec une atteinte centrale dès les complexes olivaires supérieurs.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Diabète, Neurophysiologie, Potentiel évoqué audtif


Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 176 - N° S

P. S54-S55 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Particularités neurophysiologiques des neuropathies périphériques associées au syndrome de Goujerot Sjogren
  • Khaoula Laabidi, saloua fray, Mariem Kchaou, Hela Jamoussi, Echebi Slim, Nadia Ben Ali, Mohamed Fredj
| Article suivant Article suivant
  • Aspect radiologique inhabituel d’un cas de neuropaludisme
  • Philippa Lavallée, Oussama Sahloul, Marie-Cécile Henry-Feugeas, Romain Sonneville

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.