Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Le syndrome de Déjerine Roussy ou douleur centrale post-accident vasculaire cérébral : à propos de 27 cas - 08/09/20

Doi : 10.1016/j.neurol.2020.01.213 
Asma Ouerdiene , Sonia Khalbous, Hanene Essoussi, Raja Friaa, Mahla Kolsi, Monia Haddad
 Centre de traitement de la douleur, Hôpital La Rabta, Tunis, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La douleur centrale post-Accident vasculaire cérébral (AVC) anciennement appelée syndrome de Déjerine Roussy ou syndrome thalamique, atteint 8 % à 46 % des patients victimes d’AVC causant un véritable handicape surajouté.

Objectifs

Décrire les différentes caractéristiques épidémiologiques, cliniques, thérapeutiques, et évolutives du syndrome de Déjerine Roussy (SDR) à travers une série de patients suivis au centre de traitement de la douleur.

Patients et méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective descriptive sur une période de 10 ans (2009-2019), incluant des patients ayant présenté des douleurs neuropathiques centrales dans les suites d’un AVC. Les données épidémiologiques, cliniques, thérapeutiques, et évolutives ont été collectées et analysées.

Résultats

Vingt-sept patients ont été colligés (13 hommes et 14 femmes), d’un âge moyen de survenue des douleurs de 58 ans. Le délai moyen d’apparition des douleurs était de 12 mois, immédiates dans 41 % des cas. Elles étaient paroxystiques dans 59 % des cas, à type de brûlures et de fourmillement dans 70 % des cas, associées à une hypoesthésie (70 %) et à une allodynie (44 %). Elles se sont chronicisées dans 85 % des cas, devenues résistantes au traitement.

Discussion

Le SDR résulte d’une lésion intéressant la voie spino-thalamo-corticale, dont le mécanisme reste mal élucidé. Le délai de survenue varie de quelques jours à des années après l’AVC. La douleur est limitée à l’hémicorps atteint, souvent décrite comme des brûlures, associée à une allodynie (50 %) quasi-pathognomonique, et une hypoesthésie (95 %), et tend à se chroniciser dans la plupart des cas.

Conclusion

Le traitement du SDR reste difficile, affectant la qualité de vie de personnes déjà handicapées. Il doit être adapté selon l’efficacité et la tolérance propres à chaque patient.

Informations complémentaires

L’étude n’a bénéficié d’aucun financement particulier, public ou privé.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Syndrome de Déjerine Roussy, Accident vasculaire cérébral, Douleur centrale


Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 176 - N° S

P. S68-S69 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Accident ischémique cérébral du sujet jeune : complication rare de l’hyperhomocystéinemie
  • Sarra Arab, Nadia Toubal
| Article suivant Article suivant
  • Thrombophlébite cérébrale post ponction lombaire au cours d’une neuro-borréliose précoce
  • N’dri Juliette Kadiane-Oussou, Souheil Zayet, Alix Pierron, Anne Lohse, Aline Charpentier, Jean-Charles Balblanc, Vincent Gendrin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.