Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Angiopathie amyloide cérébrale chez des sujets jeunes à distance d’une intervention neurochirurgicale : à propos de 4 cas - 08/09/20

Doi : 10.1016/j.neurol.2020.01.211 
Bérengère Ruel 1, , Ophélie Osman 2, Caroline Rey 3, Robinet Borgomano Emmanuelle 4, Nadia Laksiri 5, Emilie Doche 6, Jean Pelletier 7
1 Neurologie, hôpital de la Timone, Marseille 
2 Unité neurovasculaire, hôpital de la Timone, Marseille 
3 Unité neurovasculaire, AP–HM - CHU La Timone, Marseille 
4 Urgence neurovasculaire, hôpital Timone, Marseille 
5 Unité de neurovasculaire, hôpital de la Timone, Marseille 
6 Neurologie, Assistance publique-hopitaux Marseille, Marseille 
7 Neurologie, hôpital de la Timone, Rue Saint-Pierre, Marseille, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Des cas d’angiopathie amyloïde cérébrale (AAC) précoce ont récemment été rapportés chez des patients à distance d’une intervention neurochirurgicale. Nous rapportons 4 cas suivis à l’UNV du CHU de Marseille.

Observation

Cas 1. Une patiente de 42 ans a présenté un hématome lobaire spontané, 40 ans après une chirurgie d’une lésion du quatrième ventricule. L’IRM a montré des stigmates évocateurs d’AAC et l’évolution a été marquée par une majoration des lésions radiologiques et l’apparition de troubles cognitifs. Cas 2. Une patiente de 53 ans a présenté un infarctus sylvien punctiforme, à 34 ans d’une chirurgie d’hémorragie cérébelleuse. Elle a présenté ensuite plusieurs hémorragies cérébrales et l’accumulation de microsaignements à l’IRM. Cas 3. Une patiente de 53 ans a présenté une hémorragie sous arachnoïdienne (HSA) et un hématome lobaire spontané, 21 ans après la chirurgie d’une lésion cérébelleuse. L’IRM retrouvait des stigmates de microangiopathie et le suivi a montré une récidive d’hémorragie cérébrale précoce. Cas 4. Un patient de 39 ans a présenté une HSA focale, à 37 ans d’une chirurgie d’une malformation artérioveineuse cérébrale. Il existait une leucopathie et des microsaignements qui se sont progressivement majorés sur les IRMs de suivi. Chez ces 4 patients, le bilan extensif était négatif. Aucune mutation impliquée dans les formes génétiques d’AAC n’a été identifiée.

Discussion

Nous décrivons 4 patients qui ont présenté un tableau d’AAC avant 55 ans, avec un antécédent neurochirurgical parfois très lointain et un bilan complet négatif. Ceci fait suspecter une AAC “iatrogène”, avec un mécanisme supposé ‘prion-like’, comme exceptionnellement rapporté dans la littérature. Une biopsie cérébrale montrant des dépôts de protéine Ab dans la paroi vasculaire conforterait notre hypothèse.

Conclusion

De rares cas d’AAC du sujet jeune, sans mutation et aux antécédents neurochirurgicaux ont récemment fait évoquer un mécanisme iatrogène. L’identification de nouveaux cas permettrait d’en préciser le profil clinico-radiologique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Angiopathie cérébrale iatrogène, Angiopathie amyloïde jeune, Angiopathie amyloide cérébrale


Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 176 - N° S

P. S68 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prévalence de l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs chez patients ayant fait un accident vasculaire cérébral à l’hôpital universitaire de Parakou en 2019
  • Mendinatou Agbétou, Corinne Houehanou, Fiath Yemadjro, Kamal-Deen Zacari, Thierry Armel Adoukonou
| Article suivant Article suivant
  • Accident ischémique cérébral du sujet jeune : complication rare de l’hyperhomocystéinemie
  • Sarra Arab, Nadia Toubal

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.