Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Décisions prises à la place d’autrui : de la complexité des intentions soignantes - 10/09/20

Decision-making for the other: The complexity of caregiving intentions

Doi : 10.1016/j.inan.2020.04.006 
C. Cristia
 CRPPC, université Lyon 2, 10, rue Marietton, 69009, Lyon, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Contexte

La recherche sur laquelle s’appuie cet article a été réalisée au cours d’un contrat doctoral en psychologie clinique. La question déployée autour des intentions et processus psychiques dans les prises de décisions à la place d’autrui dans les situations de fin de vie, a permis la mise en place d’une recherche de terrain par le biais d’observations et d’entretiens auprès de professionnels de soins palliatifs. Parmi les trois « triangulations cliniques » examinées dans la thèse, nous choisissons de nous arrêter sur une configuration particulière qui nous permet de mettre en exergue les affects négatifs qui prennent parfois place dans la relation de soin et la manière dont ceux-ci habitent les décisions que nous prenons à la place de nos patients.

Objectifs

Dans cette présentation, nous tentons de mettre en lumière certains mouvements inconscients qui nous semblent inhérents à la relation d’aide à la personne vulnérable, mais exacerbés lors de la rencontre avec des patients « déviants » (non compliants, dans le refus, etc.). Nous verrons comment cette négativité, prise dans des alliances inconscientes (R. Kaës, 2009), peut générer des situations qui relèvent parfois d’une véritable violence du soin (Ciccone et al., 2014) qu’il semble essentiel de mieux identifier afin de garantir une véritable éthique des processus décisionnels qui imprègnent les pratiques soignantes.

Méthode

Le recueil de données s’appuie sur des entretiens de recherche et des temps d’observation réalisés au sein de deux unités de soins palliatifs (USP) situées en France, organisés en deux sessions de 13 journées et/ou nuitées. Les entretiens ont été réalisés sous la forme d’une discussion guidée avec plusieurs professionnels (médecins, infirmières, aides-soignantes ou psychologues) volontaires. Les « triangulations cliniques » sont l’aboutissement d’un travail de recomposition au sujet d’un patient accueilli dans l’USP (1er point) à partir des notes d’observations de la chercheuse (2e point) et du discours des professionnels (3e point). Dans cet article, c’est le récit de M. Aïe qui est présenté parmi les trois triangulations cliniques soutenant le travail de thèse, dans ce qu’il offre la possibilité d’une mise en perspective de plusieurs niveaux de complexité autour de la négativité et des décisions prises à la place d’autrui.

Résultats

Cette présentation offre une occasion de penser le soin ainsi que la décision prise à la place d’autrui dans des dynamiques nouvelles. Les résultats cliniques obtenus à partir de la méthode de recherche originale mise en place dans la thèse montrent toute la fécondité d’un travail qui repose sur l’analyse des situations complexes à partir d’une triangulation clinique, cette triangulation permettant d’étudier les enjeux subjectifs susceptibles de s’exprimer à différents niveaux. C’est par ailleurs la perspective groupale qui est ici mise en relief, notamment au travers les alliances inconscientes basées sur le négatif de certaines situations de soin. Le récit de M. Aïe nous permet d’illustrer comment la haine se diffuse inconsciemment au sein des décisions prises pour la personne vulnérable. Ces conséquences nous appellent à déployer des stratégies pour tenter de symboliser ces affects déliants.

Conclusion

Décider à la place de l’autre vulnérable n’est une mince affaire pour personne et convoque chaque « décideur » dans ce qu’il a éprouvé à être le sujet vulnérable d’une décision prise par autrui : la figure du nourrisson en étant l’originaire (Ciccone, Bonnefoy, Bonneville, Calamote, & Deronzier, 2012). Face aux situations extrêmes de la vie où se jouent la précarité ontologique du sujet, depuis le début jusqu’à la toute fin de la vie, peut-être faut-il se saisir de positions subversives (Pacific, 2011) pour travailler l’idée qu’envisager la maltraitance comme potentiel du soin peut être un préalable à la bientraitance.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Background

The research on which this article is based was conducted under a doctoral studies in clinical psychology. The question deployed around psychic intentions and processes in decision-making in the place of others in end-of-life situations allowed for field research to be carried out through observations and interviews with palliative care professionals. Among the three “clinical triangulation” examined in the thesis, we choose to focus on a particular configuration that allows us to highlight the negative affects that sometimes take place in the care relationship and how these affect the decisions we make in place of our patients.

Objectives

In this presentation, we try to highlight certain unconscious movements that seem inherent to the helping relationship with the vulnerable person, but exacerbated when meeting “deviant” patients (non-compliant, in refusal, etc.). We will see how this negativity, caught in unconscious alliances (R. Kaës, 2009), can generate situations that sometimes involve real care violence (Ciccone et al., 2014). It seems essential to better identify these potential situations in order to guarantee ethics in the decision-making processes that permeate care practices.

Method

The data collection is based on research interviews and observation time carried out in two Palliative Care Units (PCU) located in France, organized in two sessions of 13 days and/or nights. The interviews were conducted in the form of a guided discussion with several professionals (doctors, nurses, care assistants or psychologists) who volunteered to take part. The “clinical triangulations” are the result of a work of recomposition about a patient welcomed in the USP (1st point) from the researcher's observation notes (2nd point) and the professionals’ speeches (3rd point). In this article, M. Aïe's account is presented among the three clinical triangulations supporting the thesis work, in that it offers the possibility of putting into perspective several levels of complexity around negativity and decisions taken in the place of others.

Results

This presentation provides an opportunity to think about care and decision-making in the place of others in new dynamics. The clinical results obtained from the original research method used in the thesis show the fertility of a work based on the analysis of complex situations through clinical triangulation. This triangulation allows the study of subjective issues that may be expressed at different levels. It is also the group perspective that is highlighted here, in particular through unconscious alliances based on the negative aspects of certain care situations. Mr. Ouch's account allows us to illustrate how hatred is unconsciously diffused within the decisions made for the vulnerable person. These consequences call for us to deploy strategies to try to symbolize these delinked affects.

Conclusion

Deciding for the other, vulnerable person is no small matter for anyone and reactivates each decision-maker's experiences of being the vulnerable subject for whom decisions were made: the figure of the infant as the original (Ciccone et al., 2012). Faced with extreme situations in life where the ontological precariousness of the subject is at stake, from the beginning to the very end of life, perhaps it is necessary to take up subversive positions (Pacific, 2011) to work on the idea that considering maltreatment as a potential for care can be a prerequisite for good treatment.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Décision à la place d’autrui, Soins palliatifs, Sujet vulnérable, Intentions, Alliances inconscientes

Keywords : Decision-making for the other, Palliative care, Vulnerable subject, Intentions, Unconscious alliances


Plan


© 2020  Association In Analysis. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 4 - N° 2

P. 272-277 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L’identité sonore à l’adolescence. Essai théorico-clinique sur le traitement psychique des expériences du corps sonore à l’adolescence
  • A. Brault
| Article suivant Article suivant
  • Demazeux S. Vers une psychiatrie sans clinique ?. Les Éditions d’IthaqueParis (2019)
  • M. Frèrejouan

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.