Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

South Africa: Challenges and successes of the COVID-19 lockdown - 17/09/20

Afrique du Sud : défis et succès du confinement liés au COVID-19

Doi : 10.1016/j.amp.2020.05.006 
Nancy Stiegler a, Jean-Pierre Bouchard b, c,
a Statistic and Population Studies Department, Faculty of Natural Sciences, University of the Western Cape, Robert-Sobukwe road, Bellville, 7535, South Africa 
b Institut Psycho-Judiciaire et de Psychopathologie (IPJP)/Institute of Forensic Psychology and Psychopathology, Cadillac hospital centre, 10, avenue Joseph-Caussil, 33410 Cadillac, France 
c Unit for Difficult Patients, Cadillac hospital centre, 10, avenue Joseph-Caussil, 33410 Cadillac, France 

Corresponding author at: Unit for Difficult Patients, Cadillac hospital centre, 10, avenue Joseph-Caussil, 33410 Cadillac, France.Unit for Difficult Patients, Cadillac hospital centre10, avenue Joseph-CaussilCadillac33410France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Abstract

At the beginning of March 2020, South Africa (59 million inhabitants) was hit by the pandemic of COVID-19 and soon became the most affected country in Africa by the SARS-CoV-2 virus. From one single case on March 5th, the number of cases increased rapidly, forcing the South-African Government to swiftly react and place the country under strict lockdown for six weeks. The strategy of the South African Government bore fruits with a contained spread of the virus. If the number of positive cases at the end of the lockdown reached 5647, the number of fatal casualties was limited to 103 deaths. The lockdown was overall well respected, even if serious problems of food supply soon occurred in informal settlements, leading to riots and confrontation with security forces. Indeed, populations were obedient, but not being able to practice sport or outdoors activities appeared heavy. The constant fear of the poorest not to have enough money to pay rent and buy food (even if the Government organised food parcels’ distributions), and to find less and less work was echoed by the fear of losing jobs among those more privileged. Despite the risk of an economic crisis, the South African Government has continued on the reasonable path of containing the pandemic with ending the lockdown at a slow pace, in five phases.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Début mars 2020, l’Afrique du Sud (59 millions d’habitants) est touchée par la pandémie de COVID-19 pour vite devenir le pays d’Afrique le plus contaminé par le virus SARS-CoV-2. D’un cas positif le 5 mars, le nombre de cas a augmenté rapidement, forçant le gouvernement sud-africain à réagir rapidement en plaçant le pays en confinement strict pendant six semaines. La stratégie du gouvernement sud-africain a porté ses fruits en limitant la propagation du virus. Si le nombre de cas positifs confirmés à la fin du confinement, le 30 avril, a atteint 5 647, le nombre de morts connus dû au virus s’est limité à 103. Le confinement fut en général bien respecté, même s’il a été entaché de sérieux problèmes de ravitaillement en nourriture dans les bidonvilles, donnant lieu à des émeutes et des échauffourées avec les forces de l’ordre. Les populations ont été obéissantes, même s’il fut difficile de ne pas pouvoir sortir et pratiquer un sport ou des activités de plein air. La peur constante des plus démunis de ne pas avoir assez d’argent pour payer le loyer ou acheter de la nourriture (même si le gouvernement a organisé des distributions de colis de ravitaillement) et de ne pouvoir travailler a trouvé écho chez les plus avantagés qui redoutaient de perdre leur emploi. La plus grande crainte était pour tous de tomber malade ou qu’un membre de la famille soit infecté. Grâce à l’interdiction des boissons alcoolisées, la violence domestique semblait avoir diminué, surtout dans les zones les plus pauvres. Les personnes, qui étaient confinées avec des membres de leur famille, étaient systématiquement plus optimistes que celles qui étaient confinées seules. Les confinées en famille avaient des journées remplies d’activités interpersonnelles (une fois qu’elles avaient fini de travailler/étudier à distance), alors que les personnes seules étaient plus impliquées dans des activités génératrices d’anxiété comme lire, regarder les nouvelles tout au long de la journée et réfléchir à la situation. Malgré le risque d’une crise économique, le gouvernement sud-africain a décidé de continuer sur la voie raisonnable du contrôle de la pandémie en déconfinant de façon très lente la population, avec un plan en cinq phases.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Contagion, Coronavirus, COVID-19, Deconfinement, Epidemic, Infectious illness, Lockdown, Pandemic, SARS-CoV-2, South Africa, Violence

Mots clés : Afrique du Sud, Contagion, Confinement, Coronavirus, COVID-19, Déconfinement, Épidémie, Maladie infectieuse, Pandémie, SARS-CoV-2, Violence


Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 178 - N° 7

P. 695-698 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Psychopathologie de crise : chronique des tensions ordinaires en situation sanitaire extraordinaire. Phase 1 : la réorganisation anxieuse
  • Thomas Gilles
| Article suivant Article suivant
  • Le confinement généralisé pendant l’épidémie de Coronavirus : conséquences médico-psychologiques en populations générales, soignantes, et de sujets souffrant antérieurement de troubles psychiques (Rétrospective concernant les répercussions des risques létaux de masse, modèles scientifiques du confinement collectif, premières observations cliniques, mise en place de contre-mesures et de stratégies thérapeutiques innovantes)
  • Yann Auxéméry, Cyril Tarquinio

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.