Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pseudochromhidrose faciale brune, une maladie bactérienne ? - 24/09/20

Brown facial pseudochromhidrosis in a child: A bacterial disease?

Doi : 10.1016/j.annder.2020.04.011 
M. Larquey a, M. Micaëlo b, L. Courdavault b, P. Longuet c, E. Mahé a,
a Service de dermatologie, hôpital Victor-Dupouy, 69, rue du Lieutenant-Colonel Prudhon, 95100 Argenteuil, France 
b Service de microbiologie, hôpital Victor-Dupouy, 69, rue du Lieutenant-Colonel Prudhon, 95100 Argenteuil, France 
c Équipe mobile d’antibiothérapie, hôpital Victor-Dupouy, 69, rue du Lieutenant-Colonel Prudhon, 95100 Argenteuil, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 5
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La pseudochromhidrose est la production de sueur incolore qui se colore sous l’effet de facteurs exogènes, tels que des colorants pour vêtements, des produits chimiques ou des micro-organismes chromogènes.

Observation

Une fillette de 9 ans a présenté une pigmentation brune progressive principalement sur le nez, le front, la région péri-orale et les joues. Ce pigment était facile à enlever en frottant avec une compresse humide, laissant une peau de couleur normale, avec un pigment brun sur la compresse. La même pigmentation a récidivé en moins de 2h. La patiente n’utilisait pas de produits cosmétiques. La culture bactériologique d’échantillons prélevés en frottant la peau dans les zones touchées du visage était positive pour des bactéries commensales de la peau (Actinomyces viscosus, Staphylococcus epidermidis, Cutibacterium acnes et Streptococcus sanguinis). Le traitement antibiotique a permis une disparition complète des symptômes.

Conclusion

Les bactéries sont l’étiologie la plus fréquente de la pseudochromhidrose. En présence d’une telle dermatose, même en l’absence de prélèvements bactériologiques positifs, l’antibiothérapie semble indiquée en tant que test thérapeutique. La biopsie ne semble pas essentielle en première ligne mais pourrait être proposée en cas de résistance aux antibiotiques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Pseudochromhidrosis denotes the production of colourless sweat that acquires colour after coming into contact with exogenous factors such as dyes in clothing, chemicals or chromogenic microorganisms.

Patients and methods

A 9-year-old girl presented with progressive brown pigmentation predominantly on the nose, forehead, perioral region and cheeks. It was easily removable by rubbing with a moist compress, leaving normal-coloured skin as well as brown pigment on the compress. The same pigmentation recurred within 2h. The patient was not using cosmetics. Bacteriological culture of samples taken by rubbing the skin in affected areas on the face was positive for commensal bacteria of the skin (Actinomyces viscosus, Staphylococcus epidermidis, Cutibacterium acnes and Streptococcus sanguinis). Antibiotic therapy achieved total resolution of symptoms.

Conclusion

Bacteria constitute the most frequent aetiology of pseudochromhidrosis. Where such a cutaneous condition exists, even in the absence of positive bacteriological testing, antibiotic therapy would seem to be indicated as a therapeutic test. Biopsy does not appear to be essential as a first-line approach where a bacterial cause is suspected, but it may be proposed in the event of resistance to antibiotics.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Pseudochromhidrose, Chromhidrose, Infections bactériennes

Keywords : Pseudochromhidrosis, Chromhidrosis, Bacterial infections


Plan


© 2020  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 147 - N° 10

P. 648-652 - octobre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Cellulite cervico-faciale compliquée d’une thrombose veineuse jugulaire interne
  • E. Bonné, A. Pourcelet, V. Del Marmol, B. Couturier
| Article suivant Article suivant
  • Un cas de tuberculose cutanée évoluant depuis plus de 50 ans
  • F. Bourlond, C. Velter, D. Lipsker

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.