Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Retard pubertaire : diagnostic et prise en charge - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.044 
P. Touraine, Pr, C. Bouvattier, Dr
 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

On définit le retard pubertaire par l’absence de maturation sexuelle à un âge qui est +2 ou +2,5 DS plus tardif que la moyenne d’une population. Cliniquement, il est recommandé d’évaluer les filles qui n’ont pas de développement mammaire à l’âge de 13 ans, et les garçons qui n’ont pas d’augmentation du volume testiculaire à 14 ans. Ceci concerne 2,5 % des adolescents. Le retard pubertaire est beaucoup moins fréquent chez les filles que chez les garçons, chez qui il est souvent mal toléré psychologiquement. Dans les retards pubertaires, le pic de GH est souvent bas, et peut faire poser faussement le diagnostic de déficit en GH, et l’IGF1 sérique reste dans des valeurs pré-pubères, basses. Des facteurs génétiques expliqueraient 50-80 % de la variance du début de la puberté. Lors de l’exploration d’un retard pubertaire, on retrouve dans plus de la moitié des cas des antécédents de retard pubertaire dans la famille. Il s’agit pour le médecin de distinguer les patients porteurs de déficit gonadotrope et d’insuffisance gonadique, permanents, qui nécessiteront un traitement pour obtenir un développement pubertaire complet, de ceux présentant un retard pubertaire dit simple, qui se corrigera spontanément. C’est lorsque les gonadotrophines plasmatiques sont basses, et en l’absence d’autres anomalies hormonales hypophysaires, que la distinction entre un retard simple de la puberté et un déficit gonadotrope isolé est quasiment impossible. Aucun élément ne permet de discriminer avec certitude les deux tableaux avant que la puberté ne se produise. Nous discuterons de façon pratique les recommandations européennes en cours.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 141-142 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • NEM 1 : prise en charge thérapeutique
  • L. Groussin, P. Kamenicky
| Article suivant Article suivant
  • Échographie Thyroïdienne : comment utiliser le score EU-TIRADS et qu’en attendre ?
  • H. Monpeyssen, G. Russ

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.