Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

L’étomidate à faibles doses est un traitement sûr et efficace du syndrome de Cushing sévère - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.175 
S.M. Constantinescu, Dr a, , N. Driessens, Dr b, A. Lefebvre, Dr c, R. Furnica, Dr a, B. Corvilain, Pr b, D. Maiter, Pr a
a Cliniques Universitaires Saint-Luc, Bruxelles, Belgique 
b Hôpital Universitaire Erasme, Bruxelles, Belgique 
c Cliniques Saint-Pierre, Ottignies, Belgique 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

L’étomidate est un hypnotique et anticortisolique puissant par inhibition de la 11-béta-hydroxylase. Son administration intraveineuse continue aux soins intensifs est efficace dans le syndrome de Cushing sévère (SCS). Récemment, ce traitement a été proposé à plus faibles doses dans des unités non-intensives.

Méthodes

Nous avons comparé l’évolution de patients avec SCS traité par étomidate à dose de départ haute aux soins intensifs (médiane : 0,30mg/kg/j) ou basse en unité non-intensive (médiane : 0,025mg/kg/j).

Résultats

14 patients ont été étudiés : 10 avec dose initiale basse (LD) et 4 avec dose initiale plus élevée (HD). Le SCS était toujours secondaire à un cancer, soit carcinome surrénalien (n=8), ou tumeur neuroendocrine avec sécrétion ectopique d’ACTH (n=6). L’étomidate a permis de réduire la cortisolémie sous la valeur cible de 500 nmol/l chez tous les patients, mais plus rapidement dans le groupe HD (médiane : 1 jour) que dans le groupe LD (médiane : 3jours, p=0,013). Cependant, tous les patients du groupe HD ont développé une hypocortisolémie alors qu’aucun patient dans le groupe LD n’a eu besoin d’hydrocortisone. Aucun des 14 patients n’est décédé de complications de son SCS ou du traitement. Leur pronostic fut cependant sombre : 6/10 patients dans le groupe LD et 4 patients/4 dans le groupe HD sont décédés de leur cancer après un délai moyen de 5,7 mois.

Conclusion

Nous suggérons que certains patients avec SCS et qui ne requièrent pas de thérapie intensive peuvent être traités par de faibles d’étomidate en unité non-intensive.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 206-207 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Insuffisance surrénalienne chronique et infection par le COVID-19
  • N. Grandgeorge, M.P. Aussibal, C. Saintherant, A. Geslot, P. Caron, A. Bennet, S. Grunenwald, D. Vezzosi
| Article suivant Article suivant
  • Modulation de la signalisation calcique, par des approches de chémogénétique, dans la physiopathologie de l’hyperaldostéronisme primaire
  • T. Cosentino, B. Fedlaoui, I. Giscos-Douriez, F.L. Fernandes-Rosa, S. Sternson, M.C. Zennaro, S. Boulkroun

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.