Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Étude rétrospective du délai diagnostique clinique, biologique et radiologique de l’hypophysite post immunothérapie de 12 patients traités aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg entre 2015 et 2020 - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.184 
M. Flocard , N. Jeandidier, Pr, T. Bahougne, Dr
 CHRU Strasbourg, Strasbourg, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Les recommandations de la SFE de 2018 [1] préconisent la réalisation d’un bilan hormonal systématique régulier chez les patients traités par immunothérapie afin de dépister la survenue d’hypophysite responsable d’insuffisance anté-hypophysaire pouvant altérer la qualité de vie et surtout engager le pronostic vital. Nous présentons ici une cohorte rétrospective de 12 patients traités par immunothérapie avant la parution des recommandations (antiCTLA-4 et antiPD1 dans 58 % des cas) et compliquée d’hypophysite avec un délai moyen pour le diagnostic de 7±5 mois et un suivi moyen après le diagnostic de 15±11 mois. Des critères cliniques, biologiques et radiologiques ont été analysés. Un dosage, antérieur au diagnostic d’hypophysite, du cortisol sanguin de 8h et des gonadotrophines n’a jamais été retrouvé. Un bilan thyroïdien a été retrouvé dans 40 % des cas. Cliniquement, 90 % des patients présentaient une asthénie au moment du diagnostic. Biologiquement, 100 % des patients présentaient une insuffisance corticotrope (IC) diagnostiquée uniquement avec un cortisol/ACTH à 8h. Une insuffisance thyréotrope et gonadotrope était retrouvée dans 33 et 25 % des cas, respectivement. Comparativement à une cohorte de patients traités par anti-CTLA-4 seul et ayant bénéficié de dosages hormonaux réguliers [2], le diagnostic d’hypophysite est 5 mois plus tardif avec une plus faible proportion d’insuffisance associée. Une modification des modalités de dépistage permettrait le diagnostic plus précoce d’une IC et notamment de forme asymptomatique pouvant induire une insuffisance surrénalienne aiguë en cas d’événement intercurrent.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 211 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Quel est l’intérêt de la surveillance par IRM hypophysaire des patients présentant une acromégalie traitée au long cours par analogues de la somatostatine (SMSa) de première génération ?
  • N. Grandgeorge, G. Barchetti, S. Grunenwald, F. Bonneville, P. Caron
| Article suivant Article suivant
  • Un carcinome hypophysaire somatotrope
  • M. Vialon, A. Bernard, D. Larrieu-Ciron, S. Grunenwald, D. Vezzosi, A. Bennet, C. Mouly, F. Bonneville, P. Caron

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.