Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Épaississement de la tige pituitaire, un vrai challenge diagnostique : données d’une série et revue de la littérature - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.195 
N.S. Fedala, Dr , N. Kalafate, Dr, H. Lounis, Dr
 Service endocrinologie, CHU Bab El Oued, Commune Alger Centre, Algérie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

La tige pituitaire peut être la cible de diverses pathologies : infectieuses, infiltratives et tumorales. Poser le diagnostic étiologique est un véritable challenge. La prise en charge doit être efficace pour préserver le pronostic.

Objectif

Décrire les caractéristiques étiologiques et évolutives de l’épaississement de la tige pituitaire (ETP).

Méthode

Étude rétrospective de 31 cas hospitalisés entre 1999 et 2018.

Résultats

Sex ratio 1,56, principalement adultes (74,2 %). Âge moyen des adultes 35,52 ans (19-56), des enfants 9 ans (08-10), des adolescents 14,66 ans (12-17). Les motifs de consultation les plus fréquents : SPP (74,2 %, délai au Dc : 0,9 ans) et troubles gonadiques (25,8 %, délai au Dc : 6,4 ans). Exploration hormonale : DI 83,9 % associé à une I gonadotrope 61,3 %, IGH 45,16 %, HPRL modérée 35,5 %. Exploration étiologique de l’ETP : sarcoïdose 22,58 %, tuberculose 9,57 %, histiocytose 6,45 % (un enfant et un adolescent) et un cas d’ hypophysite autoimmune, de germinome et de gliome du chiasma optique (NF1). L’ETP était « idiopathique » dans 48,8 % avec un délai moyen de suivi de 8,76 (1 à 19 ans) sans apparition secondaire d’une étiologie. L’ETP a disparu dans 72 % des cas avec une réversibilité des déficits hormonaux dans 30 % et normalisation de l’HPRL dans tous les cas.

Conclusion

Les manifestations cliniques de l’ETP sont variables. L’étiologie est dominée par les causes inflammatoires avec une prédominance des étiologies granulomateuses chez l’adulte et l’histiocytose chez l’enfant. La régression des déficits hormonaux n’est pas parallèle à la régression de l’ETP.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 214-215 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Anomalies germinales des gènes SDHx chez les patients porteurs d’un adénome hypophysaire isolé
  • G. Mougel, A. Lagarde, F. Albarel, W. Essamet, P. Luigi, C. Mouly, M. Vialon, T. Cuny, F. Castinetti, A. Saveanu, T. Brue, A. Barlier, P. Romanet
| Article suivant Article suivant
  • Les complications cardiovasculaires de l’acromégalie et leur devenir après rémission : à propos de 90 cas
  • L. Chibani, N. Boukhatemi, L. Ahmed Ali, I. Benoumechiara, N. Fedala

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.