Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Chiasmapexie pour syndrome de la selle vide secondaire : cas rapportés et revue de la littérature - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.193 
T. Graillon, Dr a, , T. Passeri b, M. Meyer, Dr a, M. Labidi, Dr b, H. Dufour, Pr a, S. Froelich, Pr b
a APHM, Marseille, France 
b APHP, Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Le syndrome de selle vide secondaire (SSVS) après chirurgie hypophysaire pose un réel problème diagnostique et thérapeutique. Nous avons colligé 3 cas opérés à l’hôpital Lariboisière et à l’hôpital de La Timone, puis réalisé une revue de la littérature.

Observations

Les 3 patients ont été opérés d’un macroadénome hypophysaire non sécrétant, d’un macroprolactinome invasif et d’un kyste arachnoidien. L’atteinte visuelle preopératoire était sévère dans les 3 cas avec une amélioration visuelle postopératoire variable suivie par la suite d’une dégradation visuelle. Les IRM ont confirmé le diagnostic de SSVS. Les 3 patients avaient une atteinte visuelle sévère avec atrophie d’un des 2 NO chez 2 patients. Ils ont été opérés par voie endoscopique endonasale essentiellement extradurale. Une patiente a du être réopérée devant une résorption rapide de la graisse. 2 patients ont présenté une stabilisation du bilan visuel, 1 patient a été amélioré.

Discussion

Lors d’un SSVS, l’amélioration visuelle postopératoire est le plus souvent modeste, mais permet le plus souvent au moins une stabilisation visuelle. L’âge du patient et la sévérité visuelle préopératoire sont des critères pronostiques significatifs quant au pronostic visuel à l’inverse de la technique chirurgicale. Nous recommandons l’utilisation de la voie endoscopique extradurale avec implantation d’un fragment osseux dans la majorité des cas, mais une voie intradurale transsphénoidale ou transcrânienne peut être proposée au cas par cas, particulièrement si des adhérences ou un conflit vasculo-nerveux sont visualisés à l’IRM. Il faut néanmoins prendre en compte un risque chirurgical supérieur.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 214 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L’effet de l’hyperprolactinémie et son traitement sur le syndrome métabolique à propos de 95 cas
  • L. Bouabdellaoui, F.Z. Melki, H. Salhi, H. El Ouahabi
| Article suivant Article suivant
  • Anomalies germinales des gènes SDHx chez les patients porteurs d’un adénome hypophysaire isolé
  • G. Mougel, A. Lagarde, F. Albarel, W. Essamet, P. Luigi, C. Mouly, M. Vialon, T. Cuny, F. Castinetti, A. Saveanu, T. Brue, A. Barlier, P. Romanet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.