Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les complications cardiovasculaires de l’acromégalie et leur devenir après rémission : à propos de 90 cas - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.196 
L. Chibani, Dr , N. Boukhatemi, Dr, L. Ahmed Ali, Dr, I. Benoumechiara, Dr, N. Fedala, Dr
 Service endocrinologie, CHU Bab El Oued, Commune Alger Centre, Algérie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

L’hypersécrétion chronique de la GH, le plus souvent en rapport avec un adénome hypophysaire est responsable de nombreuses complications, cardiovasculaires (CV), respiratoires, métaboliques et néoplasiques, cause d’une morbi-mortalité importante.

Objectif

Évaluer les complications CV de l’acromégalie, et leur devenir après la rémission.

Matériels et méthode

Étude rétrospective portant sur 90 patients acromégales hospitalisés en 20 ans.

Résultats

Sex-ratio de 1, moyenne d’âge 43 ans [27-65]. Délai moyen au Dc 5 ans [2-16]. L’hypersomatotropisme était en rapport avec un adénome hypophysaire dans 100 %. Taux moyen de GH 27,65ng/ml [1,8-242] d’IGF1 2,69 fois la nle[1,2N-5N]. L’HTA était présente dans 46,66 %. 20 % avaient des anomalies à l’ECG : HVG 16,66 %, troubles de repolarisation 33,33 %, troubles de la conduction (hémi bloc antérieur gauche) 33,33 %. L’échographie cardiaque était pathologique dans 33,33 % : 70 % HVG, 50 % fuite mitrale, 10 % OG dilatée. L’IRM cardiaque réalisée dans 50 % des patients était sans anomalies L’HTA s’est compliquée de micro-angiopathies à type de RH dans 21,42 %. L’évolution des patients en rémission (40 %) était marquée par une stabilisation de l’HTA dans 83,33 % et une normalisation dans 16,66 %. Sur le plan échocardiographie, l’HVG a disparu 50 %.

Conclusion

Les complications CV sont très fréquentes dans l’acromégalie (20-50 % des cas) et constituent la première cause de mortalité. Ces complications sont d’autant plus graves que le taux de GH est élevé et que l’évolutivité de la maladie prolongée. D’où l’intérêt d’un diagnostic précoce et d’un traitement efficace permettant la normalisation de la sécrétion de GH.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 215 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Épaississement de la tige pituitaire, un vrai challenge diagnostique : données d’une série et revue de la littérature
  • N.S. Fedala, N. Kalafate, H. Lounis
| Article suivant Article suivant
  • Aspects cliniques et étiologiques du diabète insipide central acquis
  • C. Mhedhebi, I. Ben Nacef, I. Rojbi, N. Souissi, N. Mchirgui, K. Khiari

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.