Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Hyperprolactinémie et prolactinomes chez les patients sous antipsychotiques - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.200 
M.H. Aoun, Dr , I. Betbout, Dr, S. Brahim, Dr, M. Kacem, Dr, I. Marrag, Pr, L. Zarrouk, Pr
 Service de psychiatrie, CHU Tahar Sfar, Mahdia, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif

Étudier la prévalence de l’hyperprolactinémie et l’incidence des prolactinomes chez les patients sous antipsychotiques.

Patients et méthodes

Il s’agit d’une étude prospective établie de janvier 2019 jusqu’à décembre 2019 incluant les patients suivis à la consultation de psychiatrie de l’hôpital de Mahdia avec comme principal critère d’inclusion la prescription d’un seul antipsychotique pendant une période supérieure à 12 semaines. Les données ont été recueillies auprès des patients et en consultant leurs dossiers médicaux à l’aide d’une fiche préétablie comportant 45 items y compris les caractéristiques sociodémographiques et cliniques. La prolactinémie a été dosée avec des valeurs seuils maximales échelonnant de 15 à 25ng/ml. Une IRM hypophysaire a été demandée si la prolactinémie dépasserait 150ng/ml à deux reprises. Des avis spécialisés ont été demandés pour les patients ayant un prolactinome.

Résultats

Nous avons recrutés 202 patients. L’âge moyen était de 39,9 ans. La plupart des patients étaient suivis pour schizophrénie et autres troubles psychotiques 76,3 %. L’hyperprolactinemie était retrouvée chez 47 % des patients. Une IRM hypophysaire a été demandée pour 18 patients (PRL>150ng/ml à deux reprise) ayant révélé 7 cas de prolactinomes : macroadénome (2 cas), microadénome (4 cas) et lipome osseux du processus clinoïde(1cas).

Discussion

Notre résultat concorde avec les données de la littérature, la prévalence de l’hyperprolactinémie est entre 30-70 % parmi les patients traités par un antipsychotique. Les antipsychotiques ont été associés au développement de prolactinome bien que cette question reste controversée. Ce risque augmente si la PRL est supérieure ou égale à 150ng/ml.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 216 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Profil clinique et hormonal du Syndrome de Sheehan
  • S. Soomauroo, W. Debbabi, D. Khelifi, I. Kharrat, S. Samet
| Article suivant Article suivant
  • Évolution au long cours des apoplexies pituitaires : à propos de 44 cas
  • F. Hadjkacem, I. Gargouri, K. Boujelben, M. Mnif, F. Mnif, N. Rekik, N. Charfi, M. Abid

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.