Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Évolution au long cours des apoplexies pituitaires : à propos de 44 cas - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.201 
F. Hadjkacem, Dr, I. Gargouri, Dr , K. Boujelben, Dr, M. Mnif, Pr, F. Mnif, Pr, N. Rekik, Pr, N. Charfi, Pr, M. Abid, Pr
 Service d’endocrinologie du CHU Hedi Chaker, Sfax, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

L’apoplexie pituitaire (AP) est un incident rare pouvant engendrer des complications neuro-ophtalmologiques ou une insuffisance antéhypophysaire de réversibilité variable.

Méthodes

Nous avons recueillis à partir de dossiers des patients ayant eu une AP sur une période de 18 ans (2000-2017) les aspects évolutifs : cliniques, biologiques et radiologiques.

Résultats

Nous rapportons 44 cas (20 femmes/24 hommes) avec un âge moyen de 50,04±12,58 ans. La durée moyenne du suivi était de 43,7±53,2 mois. Trente-huit patients étaient suivis (86,36 %), 4 étaient perdus de vue avec décès de 2 autres patients. À long terme, les céphalées ont persisté chez 5 patients(11,4 %) en rapport avec une récidive ou une augmentation de la taille de l’adénome. L’insuffisance antéhypophysaire présente chez 36 malades (81,8 %) initialement, a persisté dans 6 cas. Les troubles visuels ont persisté chez 2 patients parmi 33 qui en avaient initialement. Le diagnostic d’adénome sécrétant était retenu dans 23 cas(52,27 %) : 18 adénomes à prolactine, 3 adénomes corticotrope et 2 somatotropes avec persistance de l’hypersécrétion dans 7 cas, 2 cas et 1 cas respectivement. Concernant l’imagerie, 24 patients (54,5 %) ont eu un contrôle radiologique au long court avec persistance de l’adénome ou une récidive dans 23 cas et disparition de l’adénome dans 11 cas.

Conclusion

Du fait de l’évolution très variable de l’AP et de l’expérience très limitée, sa prise en charge optimale reste controversée et le suivi au long cours est nécessaire devant le risque de récidive ou d’apparition de nouvelles complications.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 216-217 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Hyperprolactinémie et prolactinomes chez les patients sous antipsychotiques
  • M.H. Aoun, I. Betbout, S. Brahim, M. Kacem, I. Marrag, L. Zarrouk
| Article suivant Article suivant
  • Les troubles de la glycorégulation chez les femmes présentant un hypogonadisme : à propos de 89 cas
  • M. Ben Souda, F. Amziane, H. Salhi, H. El Ouahabi

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.