Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Troubles métaboliques et risque cardiovasculaire au cours des prolactinomes - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.204 
A. Zargni, Dr, I. Oueslati, Dr , C. Besrour, Dr, F. Chaker, Dr, N. Khessairi, Dr, W. Grira, Dr, M. Yazidi, Dr, M. Chihaoui, Pr
 Service d’endocrinologie, hôpital La Rabta, Faculté de médecine de Tunis, université de Tunis El Manar, Tunis, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif

Déterminer les prévalences des troubles métaboliques et évaluer le risque cardiovasculaire chez les patients ayant une hyperprolactinémie secondaire à un adénome hypophysaire.

Patients et méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective, descriptive auprès de 46 patients ayant été hospitalisés dans notre service entre 2009 et 2019 pour un prolactinome. Nous avons relevé les paramètres cliniques et biologiques au moment du diagnostic du prolactinome. Le diagnostic de syndrome métabolique a été retenu selon les critères de l’IDF 2009. Le niveau de risque cardiovasculaire a été estimé par le score de Framingham.

Résultats

L’âge moyen au moment du diagnostic était de 38,17±14,61 ans et le sexe ratio (H/F) était de 1,09. La médiane de la prolactinémie était de 1763ng/ml (extrêmes : 151-20 067). Il s’agissait d’un macroprolactinome dans tous les cas avec un grand axe moyen de 34,97±16,40mm. Les prévalences du surpoids, de l’obésité, de l’HTA, du diabète, de l’hypertriglycéridémie et de l’hypoHDLémie étaient respectivement de 36, 41, 11, 11, 46, 67 %. Le diagnostic de syndrome métabolique a été retenu dans 36 % des cas. Le score de Framingham moyen était de 9,3±7,8 %. Le niveau de RCV était faible, modéré et élevé respectivement dans 58, 27 et 15 % des cas.

Conclusion

Le syndrome métabolique et ses paramètres sont assez fréquents au cours du prolactinome et sont responsables d’une augmentation du risque cardiovasculaire. La réévaluation après traitement spécifique permettra de déterminer les liens entre l’hyperprolactinémie et ces troubles métaboliques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 217-218 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Craniopharyngiomes chez l’Homme : expérience du Centre de Référence des Maladies Rares de l’Hypophyse HYPO
  • P. Riche, T. Cuny, F. Albarel, D. Figarella-Branger, T. Graillon, I. Morange, T. Brue, H. Dufour
| Article suivant Article suivant
  • L’acromégalie vue par le patient : à propos de 48 cas
  • S. Bichri

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.