Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Impact médico-économique de l’hypoparathyroïdie post-thyroïdectomie - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.240 
F. Fanget, Dr , M. Kalifi, S. Bonnafous, A. Lintis, L. Maillard, Dr, J.C. Lifante, Pr
 Hospices Civils de Lyon, Lyon, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif

Estimer l’impact médico-économique de l’hypoparathyroïdie post-thyroïdectomie totale.

Patients et méthodes

Il s’agit une analyse rétrospective portant sur les 403 patients consécutifs opérés d’une thyroïdectomie totale en 2018 dans notre service. Tous les patients supplémentés par carbonate de calcium et Alfacalcidol ont été considérés hypoparathyroïdiens.

Résultats

Soixante-quatre (15,8 %) patients ont présenté une hypoparathyroïdie. Sept (1,7 %) patients étaient en hypoparathyroïdie définitive. En analyse multivariée, les facteurs prédictifs d’hypoparathyroïdie étaient l’âge<45 ans (p=0,009), une thyroïdectomie totale pour goître multinodulaire (p=0,053) et un curage ganglionnaire central (p=0,007). Le surcoût thérapeutique (achat de calcium et d’alfacalcidol) est de 9871€ sur l’année avec une médiane de 39,16€/patient. La durée moyenne d’arrêt de travail était similaire dans les 2 groupes (21,9 versus 21,1jours, p=0,525). La durée de séjour était allongée dans le groupe hypoparathyroïdie (4,25 versus 1,92jours, p=0,007). Avec un prix de 1800€/jour d’hospitalisation, le surcoût par patient hypoparathyroïdien est de 3600€ et de 230 400€ pour l’année.

Discussion

L’hypoparathyroïdie est responsable à long terme, d’une altération de la qualité de vie, d’une surmortalité et d’une augmentation de la consommation de soins. Les coûts indirects sont difficiles à évaluer (arrêt de travail, prise en charge des pathologies associées : insuffisance rénale, cataracte, troubles neurologiques …). Une étude médico économique à grande échelle prenant en compte tous ces facteurs semblent nécessaire. Notre travail montre que le principal poste de dépense reste l’augmentation de durée de séjour. Des solutions chirurgicales (autofluorescences …) semblent prometteuses mais une modification des modalités d’hospitalisation parait indispensable.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 229 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Caractéristiques des localisations métastatiques du carcinome thyroïdien différencié : à propos de 78 cas
  • K. Sekkat, N.E. Haraj, S. El Aziz, A. Chadli
| Article suivant Article suivant
  • Cytoponction thyroïdienne en technique monocouche : expérience de diagnostic rapide en un jour
  • C. Cugnet Anceau, A. Gazeu, L. Ravella, L. Maillard, J.C. Lifante, M. Decaussin-Petrucci

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.