Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Incidentalomes surrénaliens et freinage minute pathologique: incidence des comorbidités et prise en charge au CHU de Poitiers - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.249 
A. Dubois De Mont-Marin, Dr a, , J.L. Kraimps, Pr b, R. Maréchaud, Pr b, A. Miot, Dr b, S. Hadjadj, Pr c, M. Fraty, Dr b
a CHRU de Tours, Hôpital Bretonneau, Tours, France 
b CHU de Poitiers, Poitiers, France 
c CHU de Nantes, Nantes, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

La découverte d’un incidentalome surrénalien impose la recherche d’une hypersécrétion, notamment glucocorticoïde avec la réalisation d’un test de freinage minute (FM). Une réponse pathologique sans signe clinique d’hypercortisolisme fait suspecter une sécrétion autonome de cortisol possiblement associée à des comorbidités cardiovasculaires, métaboliques et thromboemboliques. Peu de données sont disponibles concernant l’évolution des patients avec FM pathologique non opérés. L’objectif de l’étude était d’évaluer l’évolution des comorbidités associées, comparativement à une population témoin.

Matériel et méthodes

Il s’agit d’une étude cas-témoin des patients pris en charge au CHU de Poitiers pour incidentalome surrénalien entre janvier 2004 et décembre 2016. Le critère de jugement principal était composite sur la survenue ou l’aggravation de ≥1 comorbidités associées à l’hypercortisolisme. Chaque « cas » avec FM pathologique était apparié à un « témoin » avec FM normal.

Résultats

Quarante « cas » et quarante « témoins » ont été inclus. Au diagnostic, il y avait significativement plus de patients hypertendus chez les « cas » (83 %) comparativement aux « témoins » (53 %), (p=0,004). Il n’y avait pas de différence significative sur le critère de jugement principal entre les 2 groupes sur une période de suivi respective de 30 (1; 140) et 34 (3; 151) mois.

Conclusion

Sur la période d’observation, limitée par le nombre de perdus de vue, il n’y avait pas de différence significative entre les 2 groupes sur l’évolution des comorbidités associées à l’hypercortisolisme. Une plus grande durée de suivi permettrait de vérifier ces résultats.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 233 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le jeûne du Ramadan chez les patients souffrant d’insuffisance surrénale
  • I. Charrada, W. Alaya, B. Zantour, M.H. Sfar
| Article suivant Article suivant
  • Quand les dosages sèment le doute
  • P.L. Herman, C. Coppe, F. Kohler, M.C. Vantyghem, H. Hoth-Guechot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.