Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Bloc en 21 hydroxylase mal contrôlé et tumeur de la corticosurrénale : savoir y penser ! - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.253 
B. Fontaine , M. Vialon, Dr, M. Thoulouzan, Dr, S. Pericart, Dr, A. Hitzel, Dr, A. Bennet, Dr, D. Vezzosi, Pr
 Centre Hospitalier Universitaire, Toulouse, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Contexte

Les blocs en 21 hydroxylase (21OH) de forme classique sont responsables d’une virilisation des filles et d’un déficit en gluco- et minéralocorticoïdes. Les tumeurs de la corticosurrénale semblent rares chez ces patients.

Cas clinique

Nous rapportons l’observation d’une patiente présentant un bloc en 21OH classique diagnostiqué en néonatal (virilisation et perte de sel). Le suivi médical et le traitement par glucocorticoïdes ont été interrompus, par la patiente, à l’âge de 15 ans. Elle consulte à 29 ans pour une hypertension artérielle permettant la découverte d’un nodule surrénalien droit de 38mm, hétérogène, de densité spontanée à 31 UH avec un wash-out à 46 %, fixant intensément le TEP-18FDG. Cliniquement, elle présentait un hirsutisme, une hypertrophie clitoridienne, une aménorrhée secondaire depuis 7 ans. Biologiquement, la testostérone était à 652ng/dl (N 10-85), la delta-4-androstènedione à 2003ng/dl (N 75-205) et la 17hydroxyprogestérone à 6864ng/dl (n<100). Le traitement par hydrocortisone et dexaméthasone a été repris. La surrénalectomie droite a permis l’exérèse d’une tumeur corticosurrénalienne de 37mm à cellules éosinophiles (WEISS à 2, sans critère de BISCEGLIA). La chirurgie a permis la régularisation des cycles et la normalisation de la pression artérielle. Un mois après la chirurgie, la testostérone était à 233ng/dl (N 10-85) et la delta-4-androstènedione à 819ng/dl (N 75-205).

Conclusion

Chez les patients avec un bloc en 21OH classique, non contrôlé et/ou après une longue rupture de traitement, un scanner surrénalien est nécessaire pour dépister une tumeur de la corticosurrénale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 235 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Utilisation de la scintigraphie au iodocholesterol dans un cas de Cushing pédiatrique : piège diagnostique ?
  • R. Fourneaux, J. Vergier, F. Castinetti, J. Bertherat, S. Castets, E. Marquant, D. Taïeb, R. Reynaud
| Article suivant Article suivant
  • Cas d’un patient avec un hypercortisolisme infra-clinique persistant après exérèse d’un adénome corticosurrénalien, révélant une nouvelle mutation du GR
  • M. Bastin, C. Jublanc, E. Kuhn, C. Sergeant, E. Chaigneau, C. Moisan, J. Bouligand, E. Bruckert

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.