Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Aspects cliniques du carcinome parathyroïdien(KcPTH) : à propos de 7 cas - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.296 
Y. Rahal, Dr a, , D. Boudiaf, Dr b, L. Rabhi, Dr b, N.S. Fedala, Dr b
a CHU Bab El Oued, Alger, Algérie 
b CHU Bab El Oued, Commune Alger Centre, Algérie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Le KC PTH est rare (0,5 à 1 % HPTP) et présente une grande difficulté diagnostique et thérapeutique en raison de l’absence de symptomatologie spécifique. 10 % sont non secretants ce qui rajoute à la complexité de sa prise en charge. Nous rapportons les cas de 7 patients diagnostiqués en 23 ans.

Observations Âge moyen : 49,5 ans (29 -79). Sexe ratio : 1,3. 6 avaient une symptomatologie d’hypercalcémie maligne, 2 avaient une tuméfaction cervicale, 6 présentaient des hypercalcémies malignes : moyenne 136,8 (90 -179) mg/l en regard de PTH 4 à 36 ×la NLE ; 1 avait des PTH et calcémies normales. Échographie Taille Tm : plus de 3cm (5 cas). Aspect hétérogène, calcifications, ADP suspectes 2 cas (taille Tm supérieure à 3cm). Exérèse en bloc avec curage ganglionnaire (6), tumorectomie(1 : caractère non infiltrant, absence de signes péjoratifs en peropératoire). Le diagnostic de KCPTH est posé devant l’adhérence, l’infiltration capsulaire, la presence d’emboles vasculaires et Les critères immunohistochimiques : Synaptophysine+Chromogranine A+TTF1 - TG-. Suites opératoires : Hypoparathyroidie transitoire (5) définitive (2). L’exploration : Localisations IIaires 6/7.

Discussion et conclusion

Le KC PTH est une cause rare d’hypercalcémie. Son diagnostic est difficile du fait de l’absence de signes spécifiques. Il peut être évoqué en pré, per ou post op sur des arguments cliniques, paracliniques et évolutifs (récidive de HPT ou métastases) ce qui permet de proposer un geste carcinologique en monobloc dont la qualité conditionne le pronostic et prévient la récidive qui peut être tardive ; un suivi au long cours s’impose.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 252 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Carcinome médullaire de la thyroïde non secrétant la calcitonine
  • A. Idrissi, H. Eljadi, L. Abainou, S. Elhadri, A. Meftah, H. Baizri
| Article suivant Article suivant
  • Le pasireotide, un nouveau traitement des hypoglycémies paranéoplasiques liées à la sécrétion d’IGF-2 ?
  • M. Bourgeau, C. Do Cao, L. Humbert, H. Topolinski, A. Jannin, M.C. Vantyghem

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.