Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Sensibilité des uropathogènes aux antibiotiques chez le diabétique - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.328 
F. Larbi Ammari, Pr, N. Belhaj Salah, Dr , J. Chelli, Dr, A. Ben Mabrouk, Dr, W. Alaya, Dr, M.H. Sfar, Pr
 Service d’endocrinologie- médecine interne Hôpital Taher Sfar, Mahdia, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif

L’émergence de l’antibiorésistance des uropathogènes constitue un enjeu thérapeutique, particulièrement chez le diabétique. Le but de notre travail était d’étudier le profil microbiologique des uropathogènes isolés chez le diabétique.

Matériels et méthodes

Étude rétrospective incluant les cas d’infection urinaire survenue chez des patients diabétiques hospitalisés au service de médecine durant une période de sept ans. La sensibilité aux antibiotiques a été déterminée selon les recommandations du CA-SFM.

Résultats

Nous avons inclus 224 malades diabétiques âgés en moyenne de 61 ans. L’ancienneté du diabète était ≥10 ans chez 61,6 % des cas. Les BGN étaient isolés dans 96,3 % des cas : Escherichia coli (75,4 %), Klebsiella pneumoniae (18,8 %) et Enterobacter (2,8 %). Proteus mirabillis et Pseudomonas aerugenosa étaient isolés dans un cas respectivement. L’isolement de souches sécrétrices de BLSE, résistantes aux fluoroquinolones ou aux nitrofuranes ou au cotrimoxazole était noté dans 24 %, 30 %, 14 % et 41,1 % respectivement. Les souches sauvages d’Enterococcus faecalis et Staphyococcus aureus étaient isolées dans 3,7 % des cas. Les facteurs statistiquement associés à la résistance aux bétalactamines par sécrétion de BLSE étaient : un antécédent d’infection urinaire ou d’hospitalisation dans les derniers six mois, le plus long délai d’admission et une hyperleucocytose modérée. La résistance aux Fluoroquinolones était associée aux antécédents d’infection urinaire et d’hospitalisation dans les 6 derniers mois.

Discussion

L’accroissement de l’antibiorésistance des BGN uropathogènes chez le diabétique est un phénomène préoccupant, lié essentiellement à la fréquence d’hospitalisation, de récidive d’infection et de mésusage d’antibiotique chez ce terrain.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 264 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • PREvention Secondaire du Diabète de Type 1 avec CALcitriol et analogues (étude PRECAL ISRCTN17354692)
  • D.T. Papadimitriou, E. Dermitzaki, K. Kleanthous, A. Fretzayas, G. Mastorakos
| Article suivant Article suivant
  • La souffrance psychologique des parents d’un enfant diabétique : quel profil anxio-dépressif ?
  • M.H. Aoun, R. Boukhchina, M. Abbes, L. Ghanmi

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.